Aller au contenu principal

"Je suis né dans une baratte"

Né à Lanfains et élevé au lait ribot, Jean-François Le Liard a su combiner les deux en créant la marque Le Craulois. Son lait ribot fermier a d'ailleurs obtenu la médaille d'argent dans la catégorie des laits fermentés à flore vivante lors du concours général agricole. Une passion pour les produits simples et bons avec des prédispositions familiales. Portrait.

Jean-François Le Liard a monté son entreprise à partir de rien. Capable de fabriquer des produits laitiers de qualité, il a su s'entourer pour créer Le Craulois, une petite
marque 100% fermier.
Jean-François Le Liard a monté son entreprise à partir de rien. Capable de fabriquer des produits laitiers de qualité, il a su s'entourer pour créer Le Craulois, une petite
marque 100% fermier.
© LDC

L'agriculture, ça ne s'improvise pas. Jean-François a sa propre méthode : acheter une vache et apprendre le métier d'agriculteur sur le tas. Avec comme bagage une formation en transformation laitière et de l'expérience auprès de grands groupes industriels, il a démarré son entreprise de zéro. Actuellement, il dirige avec son associé une exploitation qui produit 750 000 L de lait/ an dont 400 000 L sont transformés sur place en lait ribot, yaourts, faisselles, fromages blancs, cailles et commercialisés sous la marque Le Craulois.


Un exemple à Lanfains

Le premier directeur de L'Armoricaine laitière, la coopérative laitière de Lanfains créée en1950, n'était autre que Eugène LeLiard, le père de Jean-François. L'entreprise a été la première a industrialiser le processus de fabrication du lait ribot. Une idée venue de la tradition bretonne, Jean-François se souvient "chaque vendredi,quand j'étais petit, on mangeait des galettes avec un bol de lait ribot chaud". Et d'ajouter "Je suis né dans une baratte, je n'avais pas le choix. Je devais suivre cette voie qui est vraiment passionnante". Il a donc monté sa propre entreprise à deux pas de celle que dirigeait son père. Et pour s'inscrire dans la même lignée, son fils Jordan s'occupe de la commercialisation des produits Le Craulois depuis trois ans.

Le projet de la Craulée

En 1985, Jean-François reprend seize hectares et un vieux poulailler désaffecté au lieu dit de la Craulée. Puis pour se faire la main, l'agriculteur novice achète une vache et se remémore : "elle s'appelait Ukraine, je me souviens encore de son nom des années après." Et d'une vache, il est passé à dix sept vaches. Le poulailler a été transformée en stabulation dans un premier temps puis il s'est associé avec un agriculteur du coin en 1990 et un second situé à 7 km en 2000. Dès le départ, la transformation se faisait directement sur l'exploitation.Jean-François précise "qu'à cette époque, c'était rare. Même si finalement, nous n'avons fait que reproduire à plus grande échelle ce qui était fait autrefois".

Le concept de la marque

Le slogan de Le Craulois parle de lui même : "la petite marque, 100% fermier" et Jean-François y tient. Il fait d'ailleurs partie d'un groupement régional qui vise à définir plus précisément l'appellation des produits fermiers. A ce jour,la seule condition pour l'obtenir est de produire et transformer la matière première sur le même site. Le lanfinois explique que chez Le Craulois, "nous essayons de faire des produits normaux sans artifice. On reprend simplement les vraies recettes." L'entreprise emploie quatre salariés, un à la production, deux à la transformation et un commercial mais Jean-François ne se considère pas comme un manager et ne cherche, en aucun cas,à s'agrandir davantage. Il indique que " l'objectif est de gagner notre vie avec nos produits. Rien de plus". Mais le dirigeant concède qu'il est de plus en difficile de faire face aux exigences réglementaires qui tendent vers une standardisation globale de l'offre. Une tendance qui va à l'encontre de la philosophie de ce petit atelier breton de transformation.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité