Aller au contenu principal

Elections prud'homales
Jean-Paul Kerrien se présente à Morlaix

Producteur de légumes de plein champ et de champignons à Taulé, Jean-Paul Kerrien se présente aux élections prud'homales du 3 décembre prochain, au collège employeurs de la section agriculture de Morlaix.

Jean-Paul Kerrien (second en partant de la droite) et le personnel chargé de la récolte des champignons.
Jean-Paul Kerrien (second en partant de la droite) et le personnel chargé de la récolte des champignons.
© Terra

Installé en 1984 sur l'exploitation familiale, d'abord en Gaec avec son père puis avec sa mère, Jean-Paul Kerrien commence par produire du chou-fleur, de l'artichaut, des céréales et des bovins. "A l'époque, nous embauchions un permanent et quelques salariés occasionnels". Un permanent qui est d'ailleurs resté plus de 20 ans au sein de l'entreprise, avant de partir en retraite !

Du shii také et des petits violets

La production de bovins est arrêtée en 1992, bientôt remplacée par du shii také, un champignon originaire d'Asie. "A ce moment-là, nous avons embauché une personne supplémentaire". Aujourd'hui, la production de champignons atteint les 35 tonnes par an et nécessite 3,5 personnes à plein temps.
Du côté du plein champ, aussi, les productions ont évolué en près de 25 ans. "Sur la zone légumière, la réflexion a commencé en 1987, suite au gel catastrophique de l'hiver", se souvient Jean-Paul. Dès 1989, il se lance dans la laitue Iceberg ainsi que dans le haricot à destination de la transformation. Mais les conséquences du gel de 87 ne sont pas encore terminées. "La plupart des artichauts avaient gelé et, du coup, toutes les plantations ont eu lieu la même année. L'artichaut ayant un pic de production en troisième année, il y a eu surproduction, et crise, dès 1990". C'est alors que le petit violet, une variété cultivée et consommée dans le Sud de la France, en Espagne et en Italie, fait son apparition dans la zone légumière.

Permanents et occasionnels

Aujourd'hui, l'exploitation de Jean-Paul Kerrien se partage entre petits violets, 15 à 17 ha selon les années, échalotes, 5 ha, et céréales, 8 à 10 ha. Elle emploie 5 salariés en contrat à durée indéterminée dont 4 à temps complet. "Le temps partiel, c'est un jeune qui vient nous donner un coup de main pour la récolte des champignons le week-end et durant les congés", précise Jean-Paul. Car le champignon a la particularité de devoir être cueilli tous les jours, dimanche et jours fériés compris ! "J'envisage d'ailleurs d'embaucher une seconde personne à temps partiel".
Des occasionnels sont également embauchés, notamment pour la plantation et l'arrachage de l'échalote. "Je fais aussi appel au groupement d'employeurs rattaché à la Cuma : une personne a été embauchée entre 9 ou 10 exploitations, pour faire face aux pointes de travail". Une solution qui donne entière satisfaction aux agriculteurs, "même si, à certaines périodes de l'année, il y a un peu trop de demandes".

Le tribunal paritaire, une chance

Président de la caisse locale de Crédit agricole de Taulé, Jean-Paul est également membre du bureau de la caisse régionale et c'est au titre du Crédit agricole qu'il a été élu à la chambre d'agriculture, où il est président de la commission agronomie, cultures et machinisme.
Répondant à une sollicitation de la FDSEA, il s'apprête aussi à siéger au conseil des Prud'hommes de Morlaix, au collège employeurs de la section agriculture. "J'aime un ordre juste", avance-t-il pour expliquer ce nouvel engagement au service de la profession. Même s'il participe aux travaux de la section employeurs de la FDSEA et suit régulièrement les formations qu'elle dispense, il compte aussi sur les formations destinées aux conseillers prud'homaux pour parfaire ses connaissances. "Le tribunal paritaire est une chance : ce sont des gens du même secteur d'activité qui vont dénouer les conflits entre employeur et salarié".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité