Aller au contenu principal

Jouer collectif doit être notre credo et une réalité palpable !

© Terra

Le dernier baromètre Ifop-FNSEA révèle que près de 55 % des agriculteurs ressentent une détérioration de leur situation financière. 14 % envisagent de cesser leur activité dans les douze prochains mois. C’est dire ô combien il y a une urgence absolue ! Or l’urgence requiert des décisions et des actions immédiates : il ne s’agit pas d’attendre encore six mois. Certes, nous connaissons une période difficile sur nos exploitations. Pour autant, que ce soit en porc, ou en lait, les opportunités sont là. Xavier Fontanet titre même dans une chronique parue dans Les Échos : "On peut sortir de la crise de l’élevage". Il affirme que "nos agriculteurs peuvent très bien conquérir le monde comme ont su le faire notre cuisine ou l’industrie du luxe !". Les investissements successifs de Synutra à Carhaix sont le signal de l’avenir de la production laitière en Bretagne. En porc, d’après la Rabobank, les importations chinoises pourraient contribuer à rééquilibrer le marché. Notre façade maritime est un atout stratégique pour que notre agriculture et notre agroalimentaire tirent les profits d’une mondialisation croissante. Le port de Brest doit devenir une place portuaire incontournable, au service de l’économie bretonne. Certes, nos filières ont besoin de retrouver de la compétitivité pour ne pas se faire tailler des croupières par nos principaux concurrents. Au-delà de la reconquête indispensable du marché intérieur grâce notamment aux actions "Manger français", faisons preuve d’organisation et de collectif pour aller à l’export ! Ce n’est certainement pas dans son état actuel de désorganisation que la filière porcine bretonne, groupements compris, pourra être à la hauteur des perspectives qui s’offrent à elle. De même, la situation du secteur laitier ne laisse aucune place au doute : c’est en s’organisant que l’on améliorera le fonctionnement de la filière laitière, dans l’intérêt des producteurs adhérant aux OP, et aux coopératives. C’est pourquoi ces dernières ne peuvent davantage rester en marge de l’organisation des producteurs, en ne demandant pas leur agrément en tant qu’OP, et en ne participant pas à l’AOP territoriale. Certes, l’organisation des producteurs n’est pas une solution de court terme pour nos exploitations, mais bien de long terme. Cela n’empêchera pas les crises ; mais une organisation forte de la production peut permettre de les anticiper, et de mieux résister, et surtout de redevenir des vendeurs de notre production, et non plus des livreurs. Dans l’intérêt majeur des producteurs, le collectif doit être notre credo, et une réalité palpable. C’est même stupéfiant que cela ne s’impose pas comme une évidence !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Un Space sans public mais pas sans lendemain
  Le Space 2020 a bel et bien eu lieu. Il ne restera pas dans les annales, comme si décidément cette édition et surtout son…
Publicité