Aller au contenu principal

Jusqu'ou peut aller l'affaire Lactalis ?

L'affaire de la contamination par la salmonelle de laits infantiles, produits dans l'usine Lactalis de Craon (53) prend chaque jour plus d'importance. Les rappels concernent maintenant tous les produits de l'usine, pour l'ensemble des pays européens. Les éleveurs "craignent les effets dévastateurs sur la réputation d'excellence des produits Français".  La FNSEA estime que "l'éleveur n'a pas à payer la facture de cette crise" ... et pourtant.

35 nourrissons ont été atteints de salmonellose durant le mois de décembre à la suite de la consommation de produits infantiles issus de l'usine Lactalis de Craon.

Mais, depuis cette date, les cafouillages se sont accumulés. Le 11 janvier, Bruno Le Maire et Stéphane Travert ont cherché à rassurer les consommateurs en convoquant les distributeurs au ministère. En effet, certains lots incriminés auraient dû être retirés de la vente, mais ils ne l'ont pas été. La DGCCRF en a retrouvé dans 91 établissements dont 30 grandes et moyennes surfaces, 44 pharmacies, 12 hôpitaux, 2 crèches et 3 grossistes.

Plusieurs distributeurs ont fait leur mea culpa, initié plus tôt par Michel-Edouard Leclerc.

Cette affaire éclabousse bien sûr Lactalis, mais aussi la grande distribution et l'administration accusées chacune à leur niveau d'être incapables d'assurer les retraits de produits et les contrôles. Bruno Le Maire a annoncé le 11 janvier "un contrôle électronique systématique en caisse pour garantir qu'aucune boîte de produits infantiles ne soit vendue". Mais l'affaire est complexe : pourquoi Lactalis a-t-il continué à livrer des lots alors qu'il n'aurait pas dû ? Et pourquoi la procédure de retrait n'a pas été effective ? Michel Nalet, porte-parole de Lactalis, reconnaît que la salmonelle était bien présente dans l'usine en 2005. "Il n'y a jamais eu de résultats positifs aux salmonelles à part en 2017. Deux analyses ont montré la présence de salmonelles dans l'environnement mais pas dans les produits", se justifie-t-il, le 11 janvier.

Bruno le Maire a un avis différent déclarant que "l'État s'est substitué à une entreprise défaillante, seule responsable quant à la qualité de ses produits".

 

Quant aux retraits en magasin, Alain Bazot, président de l'UFC-Que choisir, expliquait au micro de RTL qu'en France, "le système de rappel n'est pas au point. Ce n'est pas la première fois que l'on constate, lors d'un retrait de produit, qu'ils ne sont pas nécessairement supprimés dans les magasins".

Bref difficile aujourd'hui d'y voir clair. De nombreux parents ont porté plainte contre Lactalis au travers de l'association "des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles", une démarche que la prise de parole d'Emmanuel Besnier dans le journal du Dimanche n'a pas freinée, bien au contraire. Quant aux producteurs, ils craignent d'être une victime collatérale de cette affaire, si les prix devaient s'effondrer du fait des perturbations sur les marchés.

Par ailleurs, ce mercredi, cinq usines de Lactalis, dont le siège de Laval étaient perquisitionnées par la gendarmerie nationale.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Pour un soutien différencié à l’agriculture biologique

De plus en plus de jeunes entrent dans le métier avec un projet en agriculture biologique (30 % en 2020 en Bretagne). Ce…

Publicité