Aller au contenu principal

Association Bretagne Blonde d'Aquitaine
La Blonde d'Aquitaine devient l'apanage de la Bretagne

Si la production de Blonde d'Aquitaine est en diminution de 13% au plan national, la Bretagne, elle, conforte ses volumes, et se place en première position avec 540 tonnes commercialisées en 2007.

Maryvonne Leffondre, présidente de l'Abba, a invité André Valadier, le président de la coopérative fromagère "Fleurs d'Aubrac", à présenter la démarche label rouge qu'il a initiée dans son terroir difficile de l'Aubrac et qui a permis à la fois de maintenir les niveaux de production, d'améliorer les prix et de conserver des emplois dans un territoire qui se désertifiait
Maryvonne Leffondre, présidente de l'Abba, a invité André Valadier, le président de la coopérative fromagère "Fleurs d'Aubrac", à présenter la démarche label rouge qu'il a initiée dans son terroir difficile de l'Aubrac et qui a permis à la fois de maintenir les niveaux de production, d'améliorer les prix et de conserver des emplois dans un territoire qui se désertifiait
© TerrA

L'association Bretagne Blonde d'Aquitaine (Abba) regroupant 359 adhérents avec une livraison moyenne de 7 animaux par an et par élevage, a enregistré, en 2007, une augmentation sensible (+5%) des effectifs avec 2302 animaux abattus. La race Blonde d'Aquitaine, dont le poids moyen a atteint 456 kg à l'abattage en 2007, a en outre été bien valorisée pour les producteurs à 4,43 € /kg. "La grille label permet de maintenir les prix", a alors rappelé Maryvonne Leffondre, présidente de l'association, lors de l'assemblée générale le 26 février à la ferme expérimentale de Kerlavic, en périphérie de Quimper.

 

Renforcer la filière régionale

Dans un contexte national de baisse des effectifs, spécifiquement dans le berceau de la race, la Bretagne mais aussi les Pays de la Loire, détonnent par le maintien des animaux en race Blonde d'Aquitaine sur leur territoire. L'association Bretagne Blonde d'Aquitaine entend bien se démarquer encore plus à l'avenir en renforçant la filière régionale.

Maryvonne Leffondre a aussi précisé que l'association est "à la recherche d'éleveurs prêts à suivre en quantité et en qualité". Elle a émis le souhait d'avoir "davantage de vaches à l'abattage" pour maintenir la qualité de la filière qui s'est d'ailleurs "nettement amélioré en quinze ans". Sur la Bretagne, qui compte 58 points de vente, dont 48 de boucheries traditionnelles, l'animatrice Stéphanie Jouan, a en particulier noté qu'il est "parfois difficile de concilier l'offre et la demande, surtout dans les périodes propices d'été et de fête de fin d'année où la demande des abatteurs se fait plus forte".

 

Qualification FBM

Pour les éleveurs, le principal changement à partir de 2008, est l'obligation de la qualification FBM dans les élevages naisseurs, dans le cadre du label rouge. "On en parlait beaucoup depuis quelques années, finalement le couperet est tombé en 2008", a pointé Stéphanie Jouan. Par conséquent, l'animatrice a prévenu les éleveurs d'être désormais particulièrement vigilants sur les mises en place.

De son côté, l'association a annoncé qu'elle adaptera légèrement son activité à partir de cette année, pour permettre "des échanges réciproques entre les labels bovins régionaux".

 

Audrey Dibet

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité