Aller au contenu principal
Font Size

VIANDE BOVINE
La Bretagne au congrès de la FNB

Lors du congrès de la FNB, qui s'est déroulé à Angers, les 3 et 4 février, les représentants de la FRSEA Bretagne sont intervenus sur plusieurs points.

Les rémunérations des éleveurs de veaux de boucherie doivent être revues, c’est ce qui a été demandé avec insistance par la délégation de la FRSEAB. Les représentants bretons sont également intervenus sur la question posée aujourd’hui en matière de regroupement de l’offre pour une meilleure valorisation des bovins viande (vaches laitières et allaitantes…) qui représentent un potentiel important dans la région.
Dans le secteur du veau de boucherie, l’année a été marquée par une amélioration économique sous l’effet conjugué de plusieurs facteurs : prix du petit veau et de l’aliment plus raisonnables, bonne gestion des mises en place et relative stabilité des cours du veau de boucherie.
Bien que la conjoncture ait été plus favorable, les producteurs en intégration n’ont pas bénéficié de cette embellie. Les prestations par veau sorti en 2009 sont restées sensiblement les mêmes qu’en 2008 avec un nombre de bandes en diminution et des charges qui ont augmenté, notamment les charges de structure liées à des investissements de renouvellement.
Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le revenu des éleveurs se dégrade. Les négociations doivent reprendre avec les entreprises. Les responsables se sont montrés déterminés à faire valoir les revendications des producteurs pour une juste rémunération. Ils demandent qu’elle soit revalorisée de façon substantielle (240 ? / place/an au lieu de 174 ? actuellement).
Avec le découplage de la PAB en 2010, comme le demandait le syndicalisme, c’est un nouveau contexte qui se dessine. Les éleveurs recouvrent un pouvoir de choix et d’arbitrage. Pour garder les volumes de production, les intégrateurs vont devoir séduire les producteurs, ont souligné les responsables, tout en ajoutant que, si les éleveurs sont bien rémunérés, ils continueront leur métier.

Valorisation des bovins viande

Dans la seconde partie de leur intervention, les représentants de la FRSEA ont évoqué les difficultés rencontrées au niveau des autres productions. Les éleveurs de viande bovine souffrent de la crise et ont besoin de perspectives durables.
Pour terminer, la délégation a voulu attirer l’attention sur le problème de la valorisation des bovins viande, notamment des vaches laitières et allaitantes, qui représentent une activité économique non négligeable au sein de la région. Cependant, le marché est très atomisé. Avec la baisse des prix, la question, pour les producteurs, est de savoir comment mieux valoriser ces produits, quels sont les moyens à mettre en œuvre : regroupement de l’offre, rationalisation de la collecte… ?
Une réflexion s’engage en ce sens au niveau de la région avec comme objectif de réaliser des économies sur les coûts d’approche et de faire en sorte qu’ils bénéficient aux producteurs.

Le ministre n'a pas convaincu

Bruno Le Maire n'a pas convaincu une salle qui attendait des réponses précises sur un certain nombre de dossiers. Certes le ministre a annoncé que le versement du solde de la prime à la vache allaitante sera accéléré. Prévu pour la fin mars, les sommes devraient arriver sur le compte des éleveurs, un mois plus tôt, à partir de la mi-février. Autre demande sur laquelle il a tenu à faire taire les inquiétudes des délégués : le sort de la PHAE. "Les contrats PHAE 2010 et 2011 seront renouvelés dans les prochaines semaines". Le ministre a également donné son feu vert au prolongement de la campagne de vaccination jusqu'au 30 juin (contre le 31 mars programmé initialement). Mais à la question précise de savoir si les éleveurs pourront vacciner à l'avenir, comme ils le demandaient, la réponse a été beaucoup plus ambiguë. Et sous la bronca de la salle, il a refusé à procéder à toute évolution de la réglementation en matière de tests ESB. Les délégués sont aussi restés sur leur faim quand ils attendaient des engagements précis sur un certain nombre de dossiers, notamment, la révision des cotations et la transparence des relations commerciales, (pesée, classement, machine à classer).

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
MAEC non reconduites, revenu amputé pour 60 éleveurs bretons
Ils sont 60 en Bretagne à faire les frais de la non reconduction de la MAEC(1) SP3 M, type maintien, de la région Bretagne. 60 c’…
EGAlim : l'effet papillon de la loi Agriculture et Alimentation
La première année d’application de la loi découlant des États généraux de l'alimentation aura bouleversé le paysage des produits…
Un Clap d'or pour le lycée Pommerit

Cinq élèves de 1re en bac professionnel Agroéquipement du lycée Pommerit dans les Côtes d'Armor ont décroché un 1…

Publicité