Aller au contenu principal

La Bretagne donne le meilleur à voir au Salon de l'agriculture

Le Salon de l'agriculture qui ouvre ses portes demain offre une formidable vitrine de l'agriculture aux 600 000 visiteurs qui foulent chaque année ses allées. Avec le concours général agricole qui fête en 2020 ses 150 ans, il apporte aussi à tous les éleveurs et producteurs primés, une reconnaissance incontestable dont les retombées perdureront bien au delà de ces dix jours d'événement parisien. Des dizaines de Bretons viennent à nouveau cette année y rivaliser avec la crème des éleveurs, producteurs et entreprises, venus de toutes les régions françaises.

Le stand Terres et Mers de Bretagne associe agriculteurs, pêcheurs et conchyliculteurs.
© Arnaud Marlet - Archives 2019

Le Salon de l'agriculture est toujours un incontournable de par son retentissement politique et médiatique. Cette 56édition, du 22 février au 1er mars, ne devrait pas échapper à la tradition. 600 000 visiteurs se pressent au Salon chaque année. Des citadins parisiens en grande majorité, venus humer un air de campagne, voir des animaux et découvrir les savoir-faire des producteurs français. Mais pas seulement.

Un slogan, "L'agriculture vous tend les bras".

Pédagogie

Car depuis quelques années, le public a changé. Les visiteurs entrent au Salon pour trouver des réponses à leurs questions de plus en plus précises et approfondies. Ils ont des informations à vérifier auprès des interlocuteurs du Salon qui doivent faire preuve de pédagogie et d'ouverture. Et c'est le sens du slogan "L'agriculture vous tend les bras", choisi pour cette édition du Salon international de l'agriculture (SIA) 2020. Alors que les incompréhensions ne cessent de croitre entre population rurale et urbaine, monde agricole et non-agricole, pour Jean-Luc Poulain, président du SIA, "l'idée est plus que jamais de créer des ponts". "Revenons au temps du respect tout simplement ! Dans une période de fake news comme autant de vérités entretenues et répétées, il faut reconnaître enfin le rôle essentiel, primordial, déterminant de notre agriculture", écrivait-il à quelques jours de l'ouverture du Salon. Ce slogan est par ailleurs une manière de dire aux concitoyens que "s'ils souhaitent en faire leur métier, l'agriculture est ouverte. Quelles que soient les productions et quels que soient les niveaux de formation, on a besoin de compétences".

 

SIA 2020

150 ans de concours général agricole

Au SIA, il s'agit donc de montrer aux concitoyens l'agriculture telle qu'elle est, même si l'objectif est malgré tout de présenter ce qui fait de mieux, mettre en avant les nouveaux talents, les innovations... tout ce qui fait la fierté de l'agriculture et la tire vers le haut. Le concours général agricole en est l'apogée. Ce concours unique, qui fête cette année ses 150 ans, célébre le meilleur des animaux, des produits, des pratiques, et récompense au travers de ses médailles, le savoir-faire des éleveurs, producteurs et jeunes professionnels de toute la France. Parmi eux on compte bien entendu tous les ans des Bretons, dont entre autres quatre producteurs déjà distingués en janvier 2020 de l'ultime récompense du prix d'excellence française(1). Pas moins de 500 commissaires et 10  000 jurys encadrent ce concours. Quant aux animaux, ils seront 2 700 dans 373 races à fouler les six rings que compte le Salon pour ce concours national particulièrement reconnu des professionnels, également devenu une attraction phare pour le grand public. C'est beaucoup de fierté pour les éleveurs qui y participent, comme en témoigne cette semaine dans nos pages, David Jaglin, éleveur de Charolais à Saint-Gilles-Vieux-Marché (22). Cette race est d'ailleurs à l'honneur du Salon 2020 dont l'égérie est une vache charolaise nommée Idéale.

 

Les pépites de la Bretagne

Les Régions elles aussi sont présentes pour montrer leurs plus beaux atours. Et nul doute que parmi elles, la Bretagne se fera encore remarquer cette année, avec son stand Terres et Mers de Bretagne, dans le hall 3. Ce stand qui associe agriculteurs, pêcheurs et conchyliculteurs, rivalise d'animations tout au long du Salon. La musique jouée bénévolement par les sonneurs de la Mission bretonne invite chaque jour les visiteurs à se rapprocher du stand et de la vingtaine d'exposants bretons. On y découvre les saveurs de l'ouest. Au centre du stand Terres et Mers de Bretagne, un grand kiosque culinaire propose notamment des dégustations appréciées des visiteurs. Atelier cuisine aux algues avec Régine Queva, cuisine "de tous les jours" avec la blogueuse Christelle Capitaine, breizh'pizza et kouign amann au blé noir d'un jeune chef finistérien (lire aussi en page 11)... et bien entendu de savoureuses crêpes et galettes réalisées par des maîtres crêpiers. "Ces animations font le lien avec la belle variété de produits des exposants bretons et qui sont utilisés dans toutes les recettes", souligne Sandrine Roberdel, de la chambre d'agriculture de Bretagne, en charge du vaste programme du pavillon breton.

Les quatre produits fermiers innovants primés lors du dernier salon Ohhh la vache à Pontivy seront aussi présentés en vitrine sur le stand Terres et Mers. Et deux d'entre eux seront proposés à la dégustation par leur producteur : Fabienne Gicquel, éleveuse dans le Morbihan, fera découvrir sa gelée de foin, et Valentin Moricet, maraîcher dans les Côtes d'Armor (lire aussi en page 9), fera déguster son pesto insolite fabriqué à partir d'une plante au goût de camembert...

Très appréciés également des visiteurs, la traditionnelle criée est organisée tous les soirs au profit de la SNCM, ou encore le concours régional d'écaillers avec la réalisation du plus beau plateau de fruits de mer. Les enfants ne sont pas oubliés puisqu'ils partiront à la découverte du milieu marin avec la guide nature Lulu sur des ateliers "pêche et coquillage". Quant à Marie Le Scanve, elle emmènera toute la famille au bord de mer avec des boîtes à toucher et à écouter.

On n'oubliera pas non plus sur ce stand de faire passer quelques messages. Sur le gaspillage alimentaire, avec un jeu-défi proposé par Bienvenue à la ferme. Sur le métier d'agriculteur et la production bretonne, avec la présence de dix jeunes agriculteurs(2) venus échanger avec les visiteurs.

Les Parisiens seront à coup sûr séduits. Y compris par les petits messages décalés ("Ici aussi, on a parfois un caractère de cochon", "Ici, aussi on a des cœurs d'artichaut", etc.) que les Bretons leur adressent sous la forme de cartes postales à emporter.

(1) La Cidrerie Kerné (29), la Cidrerie François Séhédic (29), la Distillerie des Menhirs (29) et L’huître de la presqu’île sauvage (22).

(2) Représentant les entreprises Even, Triskalia, Evel'up, Porelia, Sica Saint Pol, Savéol, Sodiaal.

 

SIA 2020

Une journée pour la Bretagne et une pour le Finistère

Si la journée officielle de la Bretagne se déroulera le mercredi 26 février, le Finistère a lui aussi sa journée le mardi 25. Le conseil départemental du Finistère qui mène actuellement un projet de territoire visant à soutenir certaines filières - dont l'agriculture et l'agro-alimentaire font partie -, sera pour la première fois présent au Salon pour souligner l'importance de ces filières pour son territoire. Des portraits de producteurs et de transformateurs finistériens seront à cette occasion affichés sur le stand Terres et Mers de Bretagne.

 

SIA 2020
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Un Space sans public mais pas sans lendemain
  Le Space 2020 a bel et bien eu lieu. Il ne restera pas dans les annales, comme si décidément cette édition et surtout son…
Publicité