Aller au contenu principal

La Bretagne, sa culture, son agriculture… ses associations environnementales…

© Terra

Nous connaissions la détermination d’Eau et Rivières à porter le fer contre les agriculteurs bretons, quitte à porter plainte auprès de la Commission européenne. Voilà maintenant que les associations  "dites de protection de l’environnement" chassent en meute. En témoignent les interventions groupées d’Eau et Rivières, Bretagne Vivante et des Fédérations bretonnes de pêche et de protection des milieux aquatiques lors de la  dernière session du Ceser* ! Qu’il s’agisse de la question de l’eau, de la performance environnementale des exploitations agricoles et des filières agroalimentaires, les associations donnent des leçons sur la gestion de nos exploitations, sur le cap à prendre pour l’avenir agricole et agro-alimentaire bretons ! Comme si nous, paysans, allions dire aux garagistes, aux enseignants, aux gendarmes comment faire leur métier !

Dans leurs interventions au Ceser, les associations prônent la conversion massive au bio, le retour à l’herbe ; mais aussi, et là c’est nouveau, une écoconditionnalité des aides liée à la formation des agriculteurs sur la compréhension des "connaissances agro-écologiques et environnementales" voire sur "les services rendus par la nature, le cycle de l’eau en lien avec le plan de fumure et les impacts des pratiques agricoles réelles". Les paysans ont un niveau de formation et de compétence élevé, ils se forment tout au long de leur carrière professionnelle. De qui se moque-t-on ? Les ingénieurs agricoles, conseils de nos organisations, vont aussi apprécier d’être "disqualifiés" !

Les associations cherchent-elles de nouvelles sources de financement pour pérenniser leur dogmatisme ? Elles vont jusqu’à proposer la "constitution d’une base culturelle commune sur tous les enjeux écologiques et économiques", et ce notamment pour les membres des CLE, Commissions locales de l'eau. Les associations forment des avocats, des juges, lesquels se sont d’ailleurs érigés  comme spécialistes de l’agronomie sur les dates d’épandage. La volonté des associations de maîtriser l’agriculture et le foncier est réelle. Nous connaissions l’intégration économique ; il va nous falloir nous attaquer à toutes les formes d’intégration environnementale. L’autonomie de décision de l’agriculteur sur son exploitation est remise en cause, ceci est inadmissible !

Alors, puisqu’Eau et Rivières, Bretagne Vivante, etc, connaissent si bien le métier d’agriculteur, qu’ils le fassent ! Que la Safer préempte quelques hectares afin qu’ils mettent en pratique leurs connaissances si pointues ! On verra le résultat… Tout ceci serait seulement absurde, si ce n’était scandaleux. Cette intrusion des associations dans la gestion même de notre outil de production ne pourra rester sans réaction de notre part : la ligne rouge est

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité