Aller au contenu principal

SAGE SCORFF
La Clé bloquée à Gestel

Après la Clé Blavet, c'est la commission locale de l'eau du Scorff qu'une cinquantaine d'éleveurs de la FDSEA du Morbihan ont bloquée, mercredi dernier à Gestel. Malgré la demande du gel du processus, les préconisations ont été votées par le bureau.

 

 

«20 % en bio, 20 % en SFEI, 10 % de zones humides sur le bassin du Scorff, si ces préconisations sont prises, c'est une réorientation de l'agriculture vers 50 % du territoire en extensif, c'est 50 % de l'agriculture qui disparaît. Ces orientations sont un danger, c'est complètement irréaliste», interpelle Laurent Kerlir, au regard des 522 exploitations réparties sur le bassin versant. «Nous n'avons rien contre la bio mais 40 % du lait bio est déclassé faute de marché. Pendant ce temps les éleveurs sont payés au tarif de la bio, et c'est toute la filière laitière qui paye », répète t-il une nouvelle fois devant le bureau de la Clé, cette fois ci du Scorff. Après le blocage de la Cle du Blavet, l'avant - veille, à Noyal-Pontivy, les représentants de la FDSEA ont de nouveau dénoncé un processus décisionnel dont les conséquences sur le territoire inquiète. «Ici, on n'entend pas les professionnels. Il n'y a pas de co-construction. On nous impose les choses. Or ce n'est pas faute d'avoir discuté, échangé sur les cantons. Nous proposons l'AEI et de revenir à plus d'agronomie pour produire plus et mieux», détaille le président de la FDSEA du Morbihan aux membres de la commission réunis au domaine du Lain.

 

Préconisations chiffrées et réalistes

Faces aux méthodes de fonctionnement que la FDSEA condamne, elle réclame le gel du processus en cours et l'arbitrage d'un médiateur nommé par l'Etat. «Nous avons rencontré le préfet de région et le Conseil régional mardi», prévient Laurent Kerlir qui demande également « le chiffrage économique et social des préconisations que vous prenez », pointe l'élu, producteur laitier à Ploemeur. Et si Marc Cozilis, le président de la clé a souligné que rien n'était encore gravé dans le marbre, et que la phase d'élaboration était toujours en cours, il rappelle, «pour les 20 % en bio, nous ne faisons que reprendre les objectifs du Grenelle de l'environnement. C'est la loi. D'autre part, passer de 25 mg de NO3 à 20 en 2021 nécessite l'effort de tous. Nous en avons bien conscience. On ne travaillera pas contre mais avec les agriculteurs ». Dans la foulée, le bureau de la Cle du Scorff a statué sur les préconisations en les votant. Affaire à suivre.

 

Claire Le Clève

 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité