Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La communication grand public, leur fil rouge

Film, bien-être animal, expo photos, après-midis à la ferme, stand au salon Ohhh la vache… La communication à destination du grand public est devenu le fil rouge de Nov’agri. Et en la matière, ce groupe de développement basé à Pontivy (56), membre du réseau Res’Agri, a décidé de reprendre la main. Rencontres.

Autour du caddie présenté à Ohhh la vache pour décrypter les étiquettes de produits auprès des consommateurs, Laurence Annic, Jocelyne Pasco, Catherine Le Clézio, Régine Dolo, Sylvia Marty, Rémy Gicquel, Hélène Loric, Sophie Beausire, et Christèle Bauché.

"On ne va pas laisser le soin à d’autres de communiquer à notre place", affirme Laurence Annic, responsable de Res’agri, en charge du dossier communication. Il est 13h45 à l’Earl Dolo à Siviac en Naizin. La tarte aux abricots faite maison est en passe de régaler une dizaine de palais tous occupés à déclarer leur disponibilité au salon Ohh la vache. Objectif ? "Nous y tenons un stand où les visiteurs vont pouvoir apprendre à décrypter l’étiquette d’un produit quand ils font leurs courses et décider en toute conscience d’orienter leurs achats et pour quelle raison. Ça va nous permettre de discuter de notre métier avec eux", ambitionnent les éleveurs présents, investis. C’est la dernière action départementale en date menée les 12 et 13 octobre derniers par ces membres du groupe de développement de la région de Pontivy, Nov’agri, aux côtés de Res’agri. "25 000 personnes sur un week-end, c’est l’opportunité de communiquer ! ", estiment, en cœur, ces agriculteurs. Il y a deux ans, ils réalisaient un film "sur la contribution des agriculteurs pour enrayer le changement climatique", détaille Jocelyne Pasco, trésorière du groupe. "C’est plus que jamais d’actualité. On devrait de nouveau le présenter". Quant au bien-être animal, "comment communiquer sur ce sujet sensible, c’était le thème central de notre dernière assemblée générale".

Être audible, c'est difficile mais il faut essayer.

Toucher ses voisins

Depuis lors, une exposition photos (27 clichés sur cinq fermes) a été montée sur les métiers des agriculteurs du territoire de Pontivy communauté. "Elle est restée en place tout l’été à la piscine de Pontivy, vue par beaucoup de familles. Elle tourne désormais sur les communes du territoire, dans les médiathèques... pour montrer à nos concitoyens comment nous travaillons". Même ambition de proximité, une fois l’été passé, pour communiquer à la rentrée "avec les familles du territoire et en toute convivialité. Nous avons organisé trois dimanches après-midi à la ferme. Nous voulions montrer à nos voisins ce que nous faisons localement à leur porte", souligne Hélène Loric, installée en poules pondeuses en plein air qui a accueilli, avec son associée, 225 personnes. Près de 600 visiteurs s’y sont pressés. "L’objectif est atteint, les gens ont osé venir, c’était très local", résume le groupe satisfait du travail accompli. "C’était simple, fluide avec de beaux commentaires du type "merci, continuez à travailler comme vous faites". De quoi mettre un peu de baume au cœur, "dans ce contexte très lourd de dénigrement de l’agriculture où tout le monde donne un avis croyant mieux savoir que nous. Il y a un matraquage médiatique à charge terrible", déplore Christelle Bauché. "Alors être audible, c’est difficile mais il faut essayer".

 

 groupes de développement

Lutter contre la crise de confiance

Les racines du mal sont connues pour les membres du groupe : "Vache folle, dioxine, fipronil… C’est une crise de confiance du consommateur. Elle est renforcée par le complotisme qu’accentuent les réseaux sociaux et les activistes qui nourrissent la peur", pour Hélène Loric. "Avec les poules en cages, on a vu la grande distribution commencer à prendre le pouvoir sur la communication, se servant de notre image pour rassurer les gens", note Rémy Gicquel. "On avait envie de reprendre la main sur la communication, ne pas laisser les autres s’en charger à notre place", enfonce Laurence Annic. Le groupe Nov’agri, qui a vu Delphine Le Mestrallin et Rémy Gicquel prendre les rênes, poursuit cet axe fort. "Nous avons fait de la communication vers le grand public, le fil rouge de nos actions depuis deux ans", appuie Christelle Bauché. Un groupe motivé où les idées jaillissent. "On les confronte, on essaie de monter des formations transversales pour accompagner tout cela", insiste-t-elle, soulignant l’importance de l’appui de la chambre d’agriculture en matière d’animation et de formations..."Il faut que nous soyons bien avec nous-mêmes pour communiquer efficacement avec les autres", poursuit-elle.

Des groupes de développement, véritables laboratoires d’idées et expérimentateurs, conscients de leur richesse, "chacun vient avec ce qu’il est, son système, sa production. On s’écoute, on se respecte. C’est une richesse, une boite à outils formidable", résume Laurence Annic de Res’agri.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Sarah Le Quer, installée à 24 ans
En octobre 2017, à 24 ans, Sarah Le Quer rejoint l’exploitation laitière familiale et s’associe avec son père. Un choix pesé,…
L’exosquelette entre en salle de traite
À la ferme expérimentale de La Blanche-Maison à Pont-Hébert dans la Manche, on teste depuis le 25 octobre l’exosquelette, un…
"Nous allons passer ce cap difficile, développer notre stratégie, accompagner l'agriculture"
Quelques jours après une grève des salariés qui a marqué les esprits, et à quelques jours des sessions chambre départementales,…
Vignette
Le P'tit gallo sur le chemin de l'autonomie énergétique
À Montreuil-le-Gast, la ferme du P'tit Gallo a fait son trou dans le paysage local. Après des débuts "un peu galère", quand il s'…
Vignette
Maïs grain, semis de céréales : la pluie retarde les chantiers
Si la pluviométrie record du mois d'octobre n'a pas trop affecté les chantiers d'ensilage de maïs, la récolte du maïs grain et…
"Notre métier, c’est de cultiver le sol, un sol biologiquement plus actif"
Régénérer le sol pour doper sa fertilité est la clé de l’agriculture dite de conservation. Toute une semaine lui était consacrée…
Publicité