Aller au contenu principal

La Coopédom mise sur l'énergie verte

Pour ne pas être trop dépendante de l'envolée des énergies fossiles, la Coopédom investit dans la biomasse. Demain, c'est grâce au miscanthus et au biogaz que seront déshydratés les fourrages.

Les adhérents de la Coopédom se sont réunis le 11 mars en assemblée générale.
Les adhérents de la Coopédom se sont réunis le 11 mars en assemblée générale.
© Cécile Julien
Quand l'énergie représente 35% de ses charges et que l'on annonce une hausse de 33% sur sa principale source, une coopérative n'a d'autres choix que de trouver des alternatives d'approvisionnement. La Coopédom réfléchit depuis plusieurs années au remplacement du charbon par de la biomasse, ce qui lui permettrait à la fois de réduire ses émissions de C02 et d'être moins dépendante des énergies fossiles. Lors de son assemblée générale du 11 mars, la coopérative de déshydratation a fait le point sur des projets qui avancent. Sur les 400 ha de miscanthus nécessaires au fonctionnement des fours, 50 sont déjà implantés et 110 le seront en 2008. La moitié du coût de l'implantation est prise en charge par des subventions. Les premiers granulés devraient être brûlés en 2009. Ce projet fait l'objet d'une étude conduite par Aile sur la valorisation de la biomasse dans les chaudières. Des essais agronomiques seront aussi réalisés avec les chambres d'agriculture et Agrocampus. Pour ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, la coopérative regarde aussi du côté d'autres sources de biomasse, comme le switch grass, et réfléchit à la méthanisation. Elle réfléchit également à d'autres procédés moins énergivores comme le séchage à basse température. Pour réduire sa facture énergétique, la Coopédom mise aussi sur la réduction des besoins. Les processus de séchage sont sans cesse optimisés. Les fauches sont décalées dans la journée pour éviter la rosée et le préfanage est expérimenté. En laissant la luzerne 24h au soleil après la fauche, le fourrage peut gagner 5% de matière sèche. De quoi gagner 10% de la consommation de charbon.

 

Tonnage record

Année particulière sur le plan météorologique, 2007 aura été plus bonne pour la Coopédom. L'été humide a permis de très bons rendements en luzerne, rendements aussi au rendez-vous en maïs. La coopérative a déshydraté un tonnage jamais atteint, plus de 44.000 tonnes de fourrages. Soit 20% de plus qu'en 2006. La luzerne a produit 13% de plus à surface équivalente. La qualité était aussi au rendez-vous avec des teneurs en matières azotées autour des 20%. C'est surtout en maïs que la hausse a été significative : + 41% en maïs épi, + 36% en maïs plante entière. "C'est une activité record, s'est félicité Joseph Lebrun, le président de la Coopédom. L'augmentation des tonnages et le développement des activités de notre filiale CVDA, notamment les mélanges fibreux, ont permis d'amortir la hausse des coûts énergétiques et de maintenir nos investissements". Les bons résultats vont permettre d'accorder aux adhérents une ristourne de 5 euros/tonne de fourrage protéique. En prévision du surcoût énergétique de 2008, une hausse de 12euros/tonne de la prestation de séchage a été programmée.

Pour faire face à la disparition d'un certain nombre de désherbants, la Coopédom teste de nouvelles méthodes comme le désherbage mécanique et recommande des implantations précoces afin d'avoir maîtriser le désherbage avant l'hiver.

La hausse du coût des matières premières ne fait que renforcer l'intérêt de la luzerne auto-consommée. "Les surfaces sont en repli en France et en Espagne, prévient Joseph Lebrun à l'intention de ceux qui seraient tentés de faire plus de céréales. La luzerne sera donc rare et chère à l'achat en 2008". Cette même hausse des compléments vache laitière redonne tout son intérêt au RGI en dérobé.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Tom Vilsack, au poste de secrétaire américain à l'Agriculture

Le président élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire américain à…

Albane et Sébastien ont ce "goût à traire"
"Que les jeunes n’aient pas peur de s’installer, c’est prenant mais il y a plein d’avantages !". Albane Le Gal et Sébastien…
Son foncier permet une installation et restructure deux exploitations
Producteur de lait à Poullan sur Mer (29), Jean-Claude Péron, 57 ans, souhaitait lever le pied. Après réflexion, il décide de…
Nouvelle convention collective nationale pour l’agriculture en 2021
À partir du 1er avril 2021, une convention collective nationale couvrant toutes les entreprises et les salariés de la production…
Demain 10 000 ha de Leggo !
Dans le cadre de l'ambition française de développement de l'autonomie protéique, le grand ouest se fixe pour objectif de répondre…
Agriculture : bienvenue en 2030 !
L’année 2021, débute. Après une année particulière, qui aura marqué les esprits, mais aussi un tournant dans le monde agricole et…
Publicité