Aller au contenu principal

La Coordination rurale réclame 50 euros supplémentaires des 1000 l

L'écart se creuse entre le prix payé aux producteurs en France et le reste de l'Europe. C'est le constat que dresse la section laitière grand ouest de la Coordination rurale. Réunie mardi dernier à Ploermel, elle a épinglé coopératives et opérateurs privés. Elle leur demande 50 euros supplémentaires des 1000 l d'ici la fin de l'année.

De gauche à droite, Noël Rozé (56), Jean Michel Favennec, président de la CR Bretagne, Olivier Chemin (53), Véronique Le Floc'h, présidente de l'OPL, Yannick Bodin (50), Pierre Daufin (35) et Bernard Fougère (44), représentant du grand bassin de l'Ouest.
De gauche à droite, Noël Rozé (56), Jean Michel Favennec, président de la CR Bretagne, Olivier Chemin (53), Véronique Le Floc'h, présidente de l'OPL, Yannick Bodin (50), Pierre Daufin (35) et Bernard Fougère (44), représentant du grand bassin de l'Ouest.
© claire le clève

 

 

 

 

"Tous les compteurs de matières transformées sont au beau fixe et on ne touche pas la plus-value qu'on devrait", s'agace Jean-Michel Favennec, président de la coordination rurale Bretagne. Réunie avec les membres de l'organisation des producteurs de lait, la section laitière du grand Ouest de la Coordination rurale constate "un référentiel qui se creuse entre le prix payé aux producteurs en France, 33 à 34 centimes (du litre) et le reste de l'Europe au dessus de 40 cts. En Hollande, c'est 43-44 cts. A la tonne, ça représente 100 euros d'écart", pointe Véronique le Floc'h, présidente de l'organisation des producteurs. Et de dénoncer la volonté de bloquer le prix du lait en France, "au détriment des producteurs. On a préféré favoriser les entreprises et des coopératives qui ne sont plus que des GIE de collecte. La valeur ajoutée échappe aux producteurs", fustigent les représentants du syndicat.

 

Et de dénoncer l'accord obtenu en avril dernier avec le médiateur de 25 euros des 1000 l qui ont été transformés par les industriels en 25 euros de plus par rapport à 2012. Face à ce manque à gagner, le syndicat réclame " 50 euros en plus des 1000 l d'ici la fin de l'année, c'est la moitié de notre revenu", souligne Véronique Le Floc'h. Revendication à laquelle s'ajoute celle de ne pouvoir participer au Plan d'avenir agricole sur la filière laitière. "Les syndicats minoritaires vont en être exclus au motif que le cadre de discussion est le Cil Ouest où nous ne sommes pas représentés à la place de la Conférence des bassins laitiers où tous les syndicats siègent", épingle Noël Rozé. Une section laitière grand Ouest qui, à 16 mois de la fin des quotas continue à réclamer "une seule organisation par bassin de production".

 

Claire Le Clève

Accroche "Nous réclamons 50 euros supplémentaires  des 1000 l d'ici la fin de l'année, c'est la moitié de notre revenu", souligne Véronique Le Floch.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
Publicité