Aller au contenu principal

La crise s'invite à l'AG des Cuma

Si l'assemblée générale des Cuma, le 5 février dernier à Bourg Blanc, a fait le point sur une année 2015 riche en évènements, la crise que traverse actuellement l'élevage a aussi été longuement évoquée.

De gauche à droite : Alain Laurec, directeur de la FDCuma, et Ronan Le Bourhis, président.
De gauche à droite : Alain Laurec, directeur de la FDCuma, et Ronan Le Bourhis, président.
© Chantal Pape

"A la mi-avril, nous allons déménager à Briec. Et le salon Méca Elevage se tiendra le 23 juin à Yffiniac". Si l'assemblée générale de la fédération départementale des Cuma a été l'occasion de présenter les évènements marquants qui attendent ses adhérents en 2016, elle a aussi permis de faire le point sur une année 2015 très riche. "Les journées Cuma, qui combinent réunions d'information, repas pris en commun et démonstrations, nous ont permis d'aller à la rencontre de nos adhérents, détaille Ronan Le Bourhis, le président. Et nous avons participé à 3 portes ouvertes Innov'action, organisées par la chambre d'agriculture". La FDCuma, c'est aussi 84 tracteurs passés au banc d'essai l'an passé, un achat groupé de lubrifiants, des sensibilisations à la conduite économe... "Et nous venons de lancer notre nouveau site Internet".

 

Les Cuma, une partie de la solution

Mais la crise que traversent actuellement toutes les productions agricoles s'est aussi invitée à l'assemblée générale. "Je suis déconcerté par la situation que nous vivons depuis de nombreux mois", avoue Ronan Le Bourhis dans son rapport d'orientation, avant de citer "les prix non rémunérateurs de nos produits, l'augmentation exponentielle des coûts de production, le manque de reconnaissance du travail que nous avons effectué en matière d'environnement, de normes bien-être". Pour le président, la Cuma, en allégeant les charges de mécanisation et en permettant un accès à du matériel performant, peut être une partie de la solution. "Et c'est aussi de la solidarité, un partage d'expériences, de la convivialité". Mais elles ont parfois du mal à se faire accepter. "Elles sont maintenant éligibles au dispositif de sur-amortissement... mais 6 mois après les autres. Et ne peuvent pas bénéficier du fonds d'allègement des charges".

 

Indiquer l'origine

"Les difficultés n'ont jamais été si présentes". Michael Quernez est revenu sur la crise, en appelant les producteurs à se fédérer plus encore et en reconnaissant des rapports déséquilibrés au sein des filières. "Ceux qui produisent sont aujourd'hui ceux qui bénéficient le moins de leur travail, la valeur ajoutée étant captée par d'autres". Et le vice-président du Conseil départemental, en charge de l'agriculture d'appeler de ses voeux une indication de l'origine des produits transformés. "L'Europe n'en veut pas ? Dans d'autres pays, agriculteurs et grande distribution l'ont contourné et valorisent les produits locaux. Pourquoi pas ici ?" Présent lui aussi, Jean-Luc Bleunven, agriculteur à Plabennec et député, n'a pas eu un mot pour les solutions à imaginer pour sortir de cette crise, ce qui lui a valu quelques sifflets à la fin de son intervention...

 

 

Les Cuma en quelques chiffres

  • 180 Cuma,
  • 1 sur 4 avec tracteur,
  • 1 sur 5 avec salarié
  • 3 500 exploitations adhérentes,
  • 11 millions d'EUR de chiffre d'affaires,
  • 4,4 millions d'EUR d'investissements.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité