Aller au contenu principal

La FDSEA demande le soutien des banques mutualistes

Mardi dernier, les responsables cantonaux de la FDSEA sont allés à la rencontre des conseils d'administration des banques mutualistes, Crédit agricole, Crédit mutuel et Banque populaire de l'Ouest, pour leur demander un peu plus de solidarité envers un monde agricole en crise.

A Taulé, les responsables cantonaux de la FDSEA ont attendu en vain : le Crédit agricole avait décliné l'invitation, préférant une rencontre départementale, et le CMB n'est pas venu...
A Taulé, les responsables cantonaux de la FDSEA ont attendu en vain : le Crédit agricole avait décliné l'invitation, préférant une rencontre départementale, et le CMB n'est pas venu...
© Chantal Pape

Dans le cadre de la journée d'action nationale de la FNSEA, le 7 juin dernier, le Finistère a fait le choix d'aller à la rencontre des banques mutualistes. Localement, les équipes cantonales de la FDSEA ont pris contact avec les conseils d'administration du Crédit agricole, du Crédit mutuel et de la Banque populaire de l'Ouest. Si la banque verte a décliné l'invitation, préférant une réunion départementale, plusieurs rendez-vous ont été organisés le jour même, à 19h, ou les jours suivants, pour tenir compte des disponibilités des uns et des autres.

 

Mettre l'année blanche en place

 

"Avec 70 000 actifs et 35 000 exploitations, l'agriculture est le poumon économique de la Bretagne, ont commencé par rappeler les responsables de la FDSEA. Mais la crise économique, qui sévit en lait, porc, légumes, horticulture, pépinières..., risque de faire des ravages si rien n'est fait".

Le 3 septembre dernier, le Finistère a été à l'origine du grand rassemblement à Paris, qui a permis d'obtenir un certain nombre de mesures d'aide, dont l'année blanche. "Neuf mois plus tard, seules 100 exploitations bretonnes en ont bénéficié, dont 15 dans le Finistère, s'insurge la FDSEA. Et l'enveloppe est loin d'être consommée". Certes, les banques ont procédé à des restructurations de prêts, mais sous d'autres formes. "Elles ont préféré placer leurs produits bancaires. Et ont privé les agriculteurs de la prise en charge d'intérêts prévue par l'année blanche : un tiers par l'Etat, un tiers par la banque, le dernier tiers restant à leur charge".

 

Des prêts à taux zéro

 

A a place de l'année blanche, certains agriculteurs se sont vus proposer des prêts de trésorerie à 2% pendant 5 ans. "N'y a-t-il plus aucune solidarité des banques vis-à-vis d'un pan entier de l'économie finistérienne", s'interroge la FDSEA, qui va encore plus loin. "Il est inconcevable de voir des prêts perdurer à plus de 5% alors que les banques empruntent à des taux très bas voire négatifs". C'est la raison pour laquelle le syndicat demande aux banques de proposer désormais des prêts à taux zéro à tous les producteurs qui le demandent.

 

Une motion de soutien

 

Après avoir échangé avec les élus des banques mutualistes, les équipes cantonales de la FDSEA leur ont présenté une motion. "Nous leur demandons de s'engager à être porte-parole de nos demandes auprès des caisses régionales et instances de décision. Et d'activer tous les leviers à leur disposition pour aider les agriculteurs à surmonter leurs difficultés de trésorerie, afin de permettre au plus grand nombre de passer cette crise sans précédent".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité