Aller au contenu principal

La filière caprine bretonne est toujours dynamique

La filière caprine bretonne évolue et progresse depuis plusieurs années. À ce jour, la Bretagne compte 136 éleveurs caprins professionnels dont 60 % transforment le lait de chèvre à la ferme. Ces derniers sont une trentaine dans le Finistère, une vingtaine dans les Côtes d’Armor et le Morbihan et une dizaine en Ille-et-Vilaine. Les éleveurs fromagers répondent majoritairement au cahier des charges bio et pratiquent le pâturage avec des troupeaux d’une cinquantaine de chèvres en moyenne.

La traite à l’EARL Joledam (Moréac).
La traite à l’EARL Joledam (Moréac).
© Terra

Chez les éleveurs livreurs, la taille des troupeaux est très variable puisque les plus petits élevages ont une centaine de chèvres et les plus grands en ont dix fois plus. Les laiteries collectent principalement en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan. Même si la collecte bretonne ne représente aujourd’hui que 3 % de la collecte nationale, elle est en forte augmentation alors que la dynamique est moins importante dans la première région caprine qu’est la Nouvelle Aquitaine.

Les éleveurs caprins sont majoritairement spécialisés en Bretagne, hormis quelques ateliers de volailles label ou des ateliers bovins dans certains Gaec. En effet, les surfaces des élevages caprins sont généralement limitées et la charge de travail liée aux chèvres est déjà très importante.

Des opportunités pour les porteurs de projet

En 2019, la moyenne d’âge des éleveurs caprins est de 45 ans mais le renouvellement des générations est un enjeu majeur puisqu’un quart des éleveurs a plus de 55 ans. Heureusement les installations en production fermière sont nombreuses et la filière attire beaucoup de personnes en reconversion professionnelle qui souhaitent s’installer hors cadre familial.

En parallèle, les laiteries Agrial et Triballat Noyal, qui sont les seules à collecter en Bretagne, recherchent toujours de nouveaux producteurs, en bio ou conventionnel. Cela représente des opportunités intéressantes pour des porteurs de projet motivés par la chèvre.

Même si actuellement un litre de lait sur cinq est importé des Pays Bas ou d’Espagne, le besoin de lait français est constant et explique le maintien d’un prix du lait payé au-delà des 700 €/1 000  l.

Une organisation du travail qui peut être modulée

La production caprine offre une large gamme de choix techniques avec des systèmes alimentaires très variés (ensilage maïs, pâturage, affouragement en vert, luzerne déshydratée…), une organisation du travail qui peut être modulée selon certains paramètres (période de mises-bas, lactations longues, engraissement ou non des chevreaux…). La chèvre est très adaptable à différentes conditions d’élevage et valorise très vite l’investissement personnel de l’éleveur. Toutefois, elle reste un animal
exigeant et fragile sur le plan sanitaire. Dans le cadre d’une installation, la maîtrise des investissements est primordiale mais ne doit pas non plus pénaliser les résultats techniques. Aujourd’hui, de nombreuses entreprises qui proposent du matériel, de l’alimentation animale ou du conseil sont en mesure d’accompagner les éleveurs caprins en Bretagne. Même si la production est encore méconnue, la tendance profite aux éleveurs de chèvres qui sont de mieux en mieux considérés par le monde agricole breton.

Preuve du dynamisme de la filière dans notre région, la Bretagne vient d’accueillir à Erdeven une centaine de techniciens caprins venus de toute la France à l’occasion des Journées techniques caprines organisées par l’Institut de l’élevage. Pendant deux jours, des ateliers techniques, des visites d’élevages et des conférences ont permis de faire le point sur les actualités de la filière, avec la Bretagne en toile de fond.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité