Aller au contenu principal

La filière sarrasin a de l'avenir

Alors que le nombre d'hectares de culture est en régression en France, la Chine, le Canada et la Pologne exportent la céréale dans l'hexagone. Quelle place a la Bretagne dans la filière ?

Une cinquantaine de personne a assisté à la journée consacrée à la filière sarasin
biologique organisée par Initiative Bio Bretagne (IBB). Considérée comme une niche, environ 10 500 ha (bio et conventionnel) sont cultivés au niveau mondial dont 1 127 ha bio en Bretagne. Des chiffres qui positionnent la Bretagne comme la première région productrice de France.

 

Quels dÈbouchÈs ?

Si la céréale est majoritairement utilisée pour la confection des galettes, la diversification des usages s'intensifie. Biscuits, pain, pâtes, bière, whisky, biscotte, "céréales petit-déjeuner" au blé noir font leur apparition dans les rayons.  Aujourd'hui, 300 opérateurs bio "céréales - alimentation humaine" dont une partie utilise le sarrasin sont implantés en Bretagne. A noter, une augmentation du nombre de brasseries produisant de la bière bio (+ 117 %), de moulins (+ 60 %), de crêperie (+ 58 %) et de boulangerie (+ 42 %). Dans cette conjoncture, l'objectif de ces journées est d'élargir la diversité du sarrasin cultivé afin d'améliorer ses performances agronomiques, les services écosystémiques et la qualité des produits. "Un des défis de la filière reste l'accroissement des surfaces bio, par l'encouragement des conversions sur ces productions", estime Stanislas Lubac, coordinateur du programme régional de "Recherche expérimentation" pour IBB.

 

Une culture peu exigeante

Cette plante à cycle court est présente dans les parcelles de fin mai à fin octobre. S'agissant d'une plante étouffante il est rarement nécessaire de la désherber Un atout qui se combine à un temps de
travail minimum grâce à ses qualités agronomiques. Côté fertilisation, la demande en azote est faible et même sensible à son excès (risque de verse). Quelques contraintes viennent cependant noircir le tableau comme une floraison longue et échelonnée, ce qui rend la maturité hétérogène. De plus, la tige cassante de la plante empêche d'éventuelles interventions de désherbage et rend la plante sensible aux basses températures pendant la floraison.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité