Aller au contenu principal

La FNPL "tacle" industriels et GMS

En visite sur une exploitation laitière à Maroué, près de Lamballe (22), Thierry Roquefeuil, président de la FNPL, a dénoncé les actes de certaines entreprises de transformation.

Thierry Roquefeuil, président de la FNPL et Hervé Moël, président de la section lait de la FDSEA 22, au Gaec Les Près Verts à Maroué (22), mardi 4 septembre.
Thierry Roquefeuil, président de la FNPL et Hervé Moël, président de la section lait de la FDSEA 22, au Gaec Les Près Verts à Maroué (22), mardi 4 septembre.
© terrra

Il ne fait aucun doute que le climat de la rentrée est tendu. Coralis, Terra Lacta et l’annonce de Sodiaal de réduire de 5 e/1 000 litres le prix du lait A de septembre à décembre(1) avait hélas comme un goût de déjà vu pour les producteurs. "Nous avons déjà payé l’ardoise avec Entremont", a réagi Erwan Daniel, de la FDSEA 22.
Depuis le printemps, la baisse du prix des produits industriels, notamment en lait de consommation, a créé des décrochages du prix du lait payé chez certains transformateurs, pris en tenaille par la grande distribution. "Pourtant la conjoncture s’améliore fin 2012, début 2013", précise Thierry Roquefeuil, qui déplore cette manière prompte d’agir au détriment des producteurs. Il reproche le manque d’anticipation des crises, le manque de restructuration du maillon transformation, la concurrence "malsaine" des entreprises entre elles. "A-t-on optimisé les outils de coopération ? Il faut un début de restructuration des entreprises de transformation. Qu’elles investissent, qu’elles prennent des initiatives. Sinon nous ne serons pas compétitifs". Plus en aval, il condamne une "grande distribution irresponsable dans ses décisions", qui ne cesse d’éprouver les entreprises laitières en matière de prix.

15 vaches laitières créent un emploi

Thierry Roquefeuil, élu au poste de président de la FNPL en avril 2012, ambitionne une filière laitière forte, répartie sur tout le territoire et organisée autour des groupements de producteurs de lait. "La FNPL travaille auprès de l’interprofession pour que les producteurs ne paient pas les incapacités de certains", poursuit son président. Selon lui, Sodiaal, première coopérative française, devrait au contraire, tirer la filière laitière vers le haut. Car entre l’évolution de la PAC et l’éventuelle remise en cause de l’aide laitière, la hausse des charges et celle du prix des céréales, certains producteurs pourraient être tentés de jeter l’éponge pour ne produire que des céréales. "Les entreprises laitières et la grande distribution ne mesurent pas les conséquences de leurs actes". La crainte des responsables syndicaux serait de perdre cette richesse, qui génère de l’emploi dans les territoires. Selon la FNPL, 15 vaches laitières créent un emploi direct ou indirect. "Un éleveur laitier crée plus d’emplois qu’un céréalier, remarque Hervé Moël, président de la section lait de la FDSEA 22. Face à la hausse durable des charges, il faut que le prix du lait soit à un niveau élevé".
Emmanuelle Le Corre

(1) Est annoncée également une réduction de 15 e/1000 litres du prix B à partir d’octobre.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Y aura-t-il encore de l’élevage demain en Bretagne ?
C’est la question que posent en substance les présidents des chambres d’agriculture de Bretagne, dans une lettre ouverte adressée…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

"Quand on plante, on a de multiples bénéfices"
Planter, gérer, valoriser l’arbre sur le territoire breton, tel est l’objet des premières rencontres bretonnes de l’arbre. Elles…
Publicité