Aller au contenu principal

OGM
La FNSEA clarifie ses positions

La FNSEA se prononce pour un gel provisoire des cultures OGM, en attendant qu'une loi soit adoptée dans les plus brefs délais, au plus tard avant les semis 2008.

JM Lemetayer et X. Beulin ont tenu une conférence de presse
JM Lemetayer et X. Beulin ont tenu une conférence de presse
© Terra
« Je suis prêt à accepter le principe d'un gel des OGM jusqu'au vote d'une loi permettant de clarifier leur statut et les conditions de leur exploitation en France » a déclaré Jean-Michel Lemétayer, au quotidien La Tribune, le 11 octobre. Quelques semaines après la rencontre avec Jean-Louis Borloo, après le Grenelle de l'environnement, cette déclaration a fait l'effet d'une bombe. La FNSEA qui s'opposait jusqu'à présent à un moratoire sur les OGM s'y serait-elle convertie ? Devant la presse, le 12 octobre, le président de la FNSEA est revenu sur ses propos en lisant une longue déclaration. D'abord pour dire que l'article publié dans la tribune « est exact ». Mais aussi pour préciser sa position : il était « prêt à accepter le principe d'un gel sur les cultures OGM »… « à la condition qu'une loi soit votée et ses effets applicables avant les prochains semis du printemps 2008 ». Pas question d'attendre un an de plus, Jean-Michel Lemétayer a été clair là-dessus. Le compromis qu'il propose n'est que provisoire. Compétitivité La balle est maintenant dans le camp du Gouvernement. A lui de faire adopter une loi par le Parlement et de publier les décrets d'application avant le printemps 2008. Le message s'adresse aussi aux agriculteurs qui souhaiteraient semer des OGM : « Attendez que les décisions politiques soient prises pour faire vos achats.» La FNSEA entend sortir et de façon définitive de ce que Jean-Michel Lémetayer a appelé « le feuilleton de l'été », et de l'insécurité dans laquelle pourraient se trouver les agriculteurs qui ont semé des OGM dans la stricte légalité. Pas question de faire de nouvelles victimes « avec ceux qui ont produit en toute légalité » et d'épargner « ceux qui ont détruit en toute illégalité ». «Je veux que les paysans puissent travailler en paix. Le harcèlement n'est plus tenable », a-t-il résumé. Aux associations environnementales qui ont accueilli la proposition de la FNSEA comme un changement de position sur les OGM, Jean-Michel Lemétayer a tenu à rappeler qu'il n'en était rien. La FNSEA reste « hostile » à un moratoire durable sur les OGM. Elle est même majoritairement pour les OGM. Mais elle laisse libre les producteurs de choisir ou pas les OGM. D'où l'importance qu'elle accorde à ce que la loi « fixe des règles de coexistence ». Tout en soulignant que la renonciation aux OGM poserait « des problèmes de compétitivité aux filières animales. » Notamment dans l'Union européenne. Vis-à-vis des Espagnols par exemple qui développent à tour de bras leur production porcine.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité