Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

LAIT, MARGES
La fronde

Un calme bien précaire est revenu dans les campagnes bretonnes, après plusieurs semaines d’une ébullition qui a atteint son paroxysme la semaine dernière. Calme suspendu aux concrétisations des intentions gouvernementales sur le contrôle des prix et des marges, et aux suites de l’"affaire" Entremont-Alliance.

Devant la plate-forme Intermarché de Saint-Gérand, dans le Morbihan.
Devant la plate-forme Intermarché de Saint-Gérand, dans le Morbihan.
© Terra

Un calme bien précaire est revenu dans les campagnes bretonnes, après plusieurs semaines d’une ébullition qui a atteint son paroxysme la semaine dernière. Calme suspendu aux concrétisations des intentions gouvernementales sur le contrôle des prix et des marges, et aux suites de l’"affaire" Entremont-Alliance. 
S’il fallait un thermomètre du désarroi du monde agricole breton, l’importance de la mobilisation des éleveurs devant les plates-formes GMS suffirait amplement. L’état dans lequel ceux-ci ont laissé les lieux à leur départ, samedi dernier témoigne quant à lui du sentiment d’abandon qui les anime, face à la dégradation de leur revenu et à l’absence de perspectives.
Mais s’ils ont levé le siège des plateforme après l’annonce, en fin de semaine dernière, de plusieurs mesures par les pouvoirs publics, plusieurs actions sporadiques menées localement entre dimanche et mardi, à Quimper, à Morlaix, en dehors du cadre syndical cette fois, illustrent l’extrême fragilité de la situation, et la tentation d’une radicalisation de la contestation.
De toute évidence, les engagements ministériels énoncés le 13 juin à Paris (lire ci-contre) répondent également à cette crainte d’une dérive du mouvement syndical né de la contestation de l’accord sur le prix du lait. Accord qui objectivement a bien du mal à être accepté en Bretagne, plus encore au regard du cas Entremont Alliance et de ses plus de 6 000 livreurs.

Lait : 0%

En matière de gestion des volumes pour la campagne 2009-2010, Michel Barnier a décidé de ne pas accorder de capacité de production supplémentaire. Pour le début de la campagne, le taux d’allocations provisoire a été fixé à 0%. Etant entendu que "ce taux sera réexaminé mi-septembre en fonction de la situation du marché et des problématiques locales", précise le ministère de l’Agriculture. Pour la FNPL, "c’est un pas positif pour le nécessaire rééquilibrage des marchés laitiers".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Notre agriculture devrait-elle répondre aux diktats pour perdurer et être légitime ?

De plus en plus, nous, agricultrices et agriculteurs devons répondre à des injonctions, et même plus que cela, à de…

Après 7 ans au Canada, Julien Thomin s'installe à Plouider
Salarié pendant 10 ans, dont 7 au Canada, Julien Thomin a fait le choix de revenir sur l'exploitation familiale, à Plouider (29)…
"On vit une guerre économique"
Invité à intervenir à l'occasion de l'assemblée générale de la FDSEA 35 qui se déroule le 20 février prochain, Gil Rivière-…
La Roazhon ferme revient s'installer le 23 février à Rennes
Deux ans après la première édition, la Roazhon ferme s'installe à nouveau à Rennes à proximité immédiate du Stade Rennais pour…
La Roazhon Ferme s'installe au Roazhon Park le 23 février

Attention, pour des raisons liées à la télévision, la programmation du match entre Rennes et Nîmes change de date ! Elle passe…

Publicité