Aller au contenu principal

La génétique, c'est fixer son cap avant tout

A chaque nouveau catalogue, Evolution étoffe son offre de taureaux indéxés. L'arrivée des taureaux génomiques multiplie les possibilités et bouleverse la perception des taureaux par les éleveurs. De plus, la précision des aptitudes recherchées s'améliore mais oblige les éleveurs à faire le tri. Nouveaux taureaux ou taureaux confirmés, taureaux descendance ou génomique : suivre un cap est plus facile qu'auparavant à condition de bien l'avoir identifié. Evolution part du principe qu'il faut se baser sur son système d'élevage et choisir les taureaux de manière pragmatique.

"Qu'ils soient jeunes ou confirmés, le plus important est de diversifier les taureaux utilisés et de choisir des taureaux dont les qualités (index) correspondent à son système d'élevage", est le message d'Evolution. L'entreprise affiche sa volonté d'accompagner "plus que jamais" ses clients dans l'établissement d'une stratégie de sélection.

A titre d'exemple, Evolution propose une nouvelle formation Ypsum qui montre aux éleveurs l'importance de réaliser des projections de son élevage à 3-5 ans. Des conseils indispensables pour reprendre ses marques dans un secteur en perpétuelle évolution.

Pléthore de taureaux

Fini le temps des grands noms de la génétique en Prim'Holstein tels que Négundo, Jocko B ou plus récemment Restell. Trois taureaux qui ont marqué les esprits et fait couler beaucoup d'encre. Désormais, les progrès dans le domaine entraînent un turn over trop rapide pour qu'un taureau génomique puisse se démarquer comme ce fut le cas dans les années 2000.  Evolution a proposé de réaliser un parallèle des taureaux Prim'Holstein descendance et génomique les plus notables. Le premier constat est que les "homologues" en génomique sont inconnus. Et pourtant, Ehman Isy possède un ISU (index synthèse unique) de 183 quand en 2000, Jocko B. avait un ISU de 167. Face à des attentes en génétique de plus en plus fortes, David Girod, responsable développement filière lait spécialisée chez Evolution, explique "l'effet de seuil créé une perception faussée". Pour schématiser, un taureau qui confirme sur descendance à 150 risque d'etre moins bien perçu qu'un taureau qui était au même niveau dans le passé. Son image est minimisé parce qu'il est noyé parmi le nombre important de taureaux indéxés.

 

La génomique, oui mais...

La génomique, encore récente, commence à s'inscrire dans la durée avec des taureaux confirmés aux index prometteurs. Evolution annonce "les taureaux génomiques de 2010 sont les leaders confirmés d'aujourd'hui". Selon une analyse du catalogue Holstein, Evolution affirme "qu'après confirmation sur descendance, les jeunes taureaux restent supérieurs de 12 points d'ISU par rapport aux taureaux disponibles sur descendance à la même époque". Evolution précise que ces bons résultats n'indiquent pas que la génomique est la meilleure alternative et que l'offre descendance est également bonne en index. D'autres notions telles que la fiabilité sont à prendre en compte dans le choix final de l'éleveur. En effet, il est possible d'utiliser plus de doses sur un même élevage avec un taureau descendant qu'un génomique. L'utilisation d'un taureau descendance correspond à 3 voire 4 taureaux génomiques pour le même nombre de doses. Une réalité qui explique, selon Evolution, la nécessité de proposer un nombre de taureaux génomiques plus importants dans ces catalogues.

Du côté de la voie femelle

Considéré comme un outil incontournable de gestion du renouvellement, le génotypage femelle est en plein essor. De juillet 2013 à juillet 2014, la demande a explosé de +70 % dans les élevages de la zone Evolution.

A ce jour, 10 % des génisses ont été génotypées. Le coût de la prestation débute  atuellement à 56 € mais le prix sera revu à la baisse si les volumes traités continent de grimper.

Jean-Yves Dréau, directeur des filières laits spécialisées, explique, "on le fait une fois pour toutes. Le nombre de balises sur le génome est suffisant pour permettre de réactualiser les données à chaque nouvelle évolution de la technique".

 

Vente aux enchères inter-races au Space

Evolution est en charge de la coordination d'une vente de génisses de Prim'Holstein, Pie Rouge, Brune et Normande et de trois lots d'embryons "top génétique" de Prim'Holstein. L'objectif de cette "vente événement" est de rayonner en France et à l'international en proposant des profils aussi diversifiés que qualitatifs pour chaque race. Le rendez-vous est fixé le mercredi 17 septembre à 16h30.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Pour un soutien différencié à l’agriculture biologique

De plus en plus de jeunes entrent dans le métier avec un projet en agriculture biologique (30 % en 2020 en Bretagne). Ce…

Publicité