Aller au contenu principal

Pour la FDSEA,
"La grève du lait est illusoire"

L'été n'aura offert aucun répit. Dans un contexte morose où la volaille fait figure d'exception, la FDSEA du Morbihan, pour sa réunion de rentrée, est revenue sur une actualité laitière chargée. Si il y a urgence à connaître au 1er septembre le repreneur d'Entremont, le syndicat juge illusoire une grève du lait.

Pour la FDSEA, "une semaine de grève du lait ferait encore perdre 1500 euros de chiffres d'affaire à chaque exploitation".
Pour la FDSEA, "une semaine de grève du lait ferait encore perdre 1500 euros de chiffres d'affaire à chaque exploitation".
© Claire le Clève

 

 

"Le contexte est très difficile dans toutes les productions, auquel s'ajoute, pour les producteurs de lait,  le sentiment d'être abandonné", résume Laurent Kerlir, président de la FDSEA du Morbihan. Ca va mal. Face au démantèlement successif des outils de régulation des marchés, le résultat ne s'est pas fait attendre. "On est dans le mur, avec 1 million de tonnes de poudre de lait et 500 000 de beurre stockés". Et face au besoin urgent de retrouver des outils de régulation, "que nous avons toujours défendus mais nous sommes isolés", l'Europe et la Commission font la sourde oreille. Seul espoir, l'élection au parlement européen de nouveaux députés pourrait faire entendre raison à la Commission.  "Dans ce contexte, la grève du lait n'est pas une réponse. Il faudrait qu'elle soit européenne or les syndicats majoritaires y sont partout opposés" poursuit le président de la FDSEA du Morbihan. Il craint que ce soient uniquement les producteurs qui en fassent les frais. "Une semaine de grève pour un exploitation à 300 000 L, c'est 1500 euros de chiffre d'affaires en moins alors que les revenus sont déjà négatifs" met-il en garde. Elle serait en revanche une bonne affaire pour les entreprises qui diminueraient d'autant leurs stocks analyse le syndicat.

 

Entremont, réponse au 1er septembre exigée

 

"La seule solution, c'est de rétablir le rapport de force face à l'industrie laitière et la grande distribution". L'association des producteurs est une réponse pour la FDSEA qui apporte son soutien à celle des producteurs d'Entremont. Car le dossier doit avancer et vite maintenant. "Une réponse au 1er septembre est indispensable, le CIRI (Comité Interministériel de Restructuration Industrielle) ne peut pas  imposer la solution d'un seul repreneur, le dossier est trop lourd", selon Laurent Kerlir. Trop lourd pour faire peser la dette du groupe, 480 millions d'euros, sur les seuls producteurs et repreneurs potentiels. "L'actionnaire doit renoncer à sa créance", estime le syndicaliste pour donner le maximum de chance de reprise au dossier. "Il faudra sans doute accepter un partage entre plusieurs industriels et une restructuration fromagère", prévient Laurent Kerlir.  Car avec ses 2 milliards de litres de lait, 4500 producteurs et tout autant de salariés, le dossier du groupe Entremont est tout sauf une mince affaire, surtout dans le Morbihan où la moitié de ses producteurs de lait sont concernés.

Claire Le Clève

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité