Aller au contenu principal

La licence pro agri manager s'enracine à Pontivy

En intégrant les locaux de l'UBS à Pontivy, la licence pro agri manager entre dans la cour universitaire. Avec 95 % de ses anciens étudiants ayant un emploi, elle consolide le palmarès de la 3e université de France en matière d'insertion professionnelle, alternance oblige. Mais plus encore, elle accompagne l'émergence d'un nouveau modèle social en agriculture.

15 étudiants ont reçu leur diplôme de Licence pro management des entreprises agricoles des mains de Patrick le Mestre, doyen de l'UBS et de Jacques Jaouen, président de la chambre régionale 'agriculture de Bretagne.
15 étudiants ont reçu leur diplôme de Licence pro management des entreprises agricoles des mains de Patrick le Mestre, doyen de l'UBS et de Jacques Jaouen, président de la chambre régionale 'agriculture de Bretagne.
© Terra

Dès septembre prochain, c'est avec les 9 000 étudiants de l'Université de Bretagne Sud, dans les locaux de l'IUT de Pontivy, que la 6e promotion de LMEA (Licence management des entreprises agricoles) prendra place. Pour célébrer un des ponts bâtis entre l'UBS et chambre régionale d'agriculture de Bretagne, la remise des diplômes de la 4e promotion a investi le campus universitaire, le temps d'une table ronde et de témoignages, le 18 février dernier.  Cette formation, imaginée par la profession agricole, accompagne les changements à l’œuvre dans le paysage des exploitations bretonnes. "Elle renforce les compétences managériales pour des étudiants qui voudraient s'installer, gérer des équipes", résume Sébastien Le Gall, maître de conférence, pour souligner l'enjeu majeur de cette formation par alternance dont 78 étudiants ont pu bénéficier depuis 2009.

 

L'enjeu de la gestion des salariés

Pas de doute pour Adrien Gléhello, "l'avenir passera plus par des systèmes patrons/salariés que des Gaec. On est en pleine mutation, ce qui risque de bloquer, ce sont les facteurs foncier et humain", estime ce jeune installé, diplômé de la 2e promotion. "Le ratio entre le nombre d'UTH familiales et salariées est en train de s'inverser sur nos exploitations et le management a toute sa place pour permettre de tirer profit des compétences de chacun et que chacun puisse s'épanouir", estime Eric Fraboulet, jeune installé membre de la 3e promo de LMEA. Pour René Collin, maître d'apprentissage, "le modèle agricole de demain sera le modèle social qui sera capable d'offrir un système où on ne travaille pas plus de 35 h par semaine. Cela passera par des regroupements et plusieurs salariés". Dans ces mutations à l’œuvre, Jacques Jaouen, président de la chambre régionale, estime que le véritable enjeu "est celui des relations humaines dans nos exploitations qui vont évoluer pour se donner de la qualité de vie. La gestion des ressources humaines sera primordiale pour gérer des salariés mais aussi être à plusieurs".

 

CONTACT

Tél. 02 97 51 59 79, e-mail : formation-credin@morbihan.chambafri.fr

Tél. 02 96 50 43 43, e-mail : formation.quintenic@cotes-d-armor.chambagri.fr

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
Publicité