Aller au contenu principal

La matinale cultures de Kerguéhennec

Transmettre les résultats de la recherche appliquée aux techniciens agricoles pour mieux conseiller les agriculteurs, tel est l’objectif de la matinale cultures. Ce rendez-vous annuel, organisé par le service agronomie productions végétales des chambres d’agriculture de Bretagne, s’est déroulé le 15 juin dernier à la station expérimentale de Kerguéhennec, à Bignan (56).

Réparties en trois groupes, les 90 personnes présentes ont pu participer à trois ateliers sur des thématiques variées.

 

Désherbage mécanique des céréales

Menés depuis quatre ans sur céréales, des essais conduits avec un écartement entre rangs à 25 cm, de façon à permettre des interventions de binage, semblent ne pas trop pénaliser les rendements et sont prometteurs pour réduire l’utilisation des produits de désherbage. Un focus particulièrement intéressant a été apporté sur l’écimage des folles avoines présentes dans une céréale en cas d’échec du désherbage. En effet, dès que la folle avoine a épié, une proportion importante des graines est déjà viable. C’est-à-dire que même coupée et laissée au champ sur le sol, les graines sont susceptibles de germer et de pousser les années suivantes. Pour être efficace, il faut donc écimer les folles avoines mais aussi les sortir du champ.

 

Grandes cultures : analyse des coûts de production

Si le chiffrage des charges d’intrants (semences, engrais, produits phytosanitaires) sur une culture est fréquent et souvent travaillé au sein des groupes d’agriculteurs. Elles ne représentent malgré tout que 30 % du total des charges engagées. Il devient donc intéressant d’aller plus loin et d’analyser les charges de mécanisation, les coûts de main-d’œuvre et du foncier. Les premiers retours d’expérience mettent en évidence des écarts importants entre agriculteurs sur ces charges selon les choix stratégiques de conduite d’exploitation. L’outil AgriTK développé par les chambres d’agriculture en permet l’analyse et offre une démarche pertinente dans une approche individuelle et surtout de groupe.

 

Carbone du sol, stock et évolution

Le maintien, voire l’amélioration de la teneur en matière organique (MO) du sol, est un élément favorable pour continuer à produire mais également pour lutter contre le réchauffement climatique. Il apparaît qu’en Bretagne, les situations sont diverses selon les types de sol rencontrés. En sols de limons, on sera plus souvent à la recherche d’une amélioration de la teneur en MO. En sols sur granite, naturellement plus riches en carbone, le maintien pourra être un objectif. Les prairies pâturées ont un rôle positif et essentiel dans cette approche.

Plus généralement, la présence d’un couvert végétal, quel qu’il soit (cultures, haies, bandes enherbées…), à travers la photosynthèse, est un élément favorable. Un exemple, la mise en place depuis de nombreuses années de couverts végétaux en Bretagne pour réduire les risques de fuite d’azote pendant l’hiver, permet par ailleurs d’améliorer légèrement le statut carboné des sols. Par ailleurs, la prédominance des filières d’élevage sur la région se traduit par l’utilisation régulière d’effluents pour la fertilisation des cultures ; c’est un élément important dans cette démarche de séquestration du carbone dans les sols.

Ces ateliers ont permis de nombreux échanges entre les participants et de soulever des points d’interrogation dont certains mériteront d’être étudiés dans de futurs essais. Rendez-vous est pris pour les éditions suivantes des matinales cultures.

 

La station expérimentale de Kerguéhennec

Située sur le territoire de Bignan (56), elle est gérée par les chambres d’agriculture de Bretagne. Dédiée aux grandes cultures et légumes industrie, la station dispose de 54 ha essentiellement sur des sols de limons sableux sur micaschistes, dont 14 ha irrigables. L’agriculture biologique y est présente à travers un bloc expérimental de 6 ha. La pluviométrie moyenne est de l’ordre de 920 mm par an.

La station est support d’essais annuels permettant d’aider les agriculteurs à gérer le choix de leurs intrants (variétés, fongicides,...).

À côté de ces essais annuels, quatre axes de travail stratégiques et pérennes y sont développés :

- la recherche de systèmes de production économiquement performants mettant en avant le raisonnement agronomique et réduisant l’utilisation de la chimie.

- l’étude des risques de transfert des intrants dans le milieu, en dehors de la parcelle agricole. Impact possible sur l’environnement et mesures préventives.

- l’utilisation des nouvelles technologies dans le cadre de l’agriculture de précision (GPS/RTK, outils d'aide à la décision, modulation intra-parcellaire…).

- l'accompagnement des techniques de désherbage mécanique en bio où conventionnel.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité