Aller au contenu principal

Session de la chambre régionale
La première du nouveau bureau

Les nouveaux élus de la chambre régionale d'agriculture ont tenu leur session le 4 mai à Quimper (29), sous la présidence de Jacques Jaouen. Une fois les comptes financiers présentés, les élus ont longuement débattu sur le positionnement vis-à-vis de la politique régionale de l'eau, témoignant de l'importance de ce dossier.

De gauche à droite : Olivier Allain, président de la chambre des Côtes d'Armor, Yves Le Gourrierec, président de la chambre du Morbihan, Jacques Jaouen et Patrice Plet, président et directeur de la chambre régionale, Joseph Ménard, président de la chambre d'Ille-et-Vilaine.
De gauche à droite : Olivier Allain, président de la chambre des Côtes d'Armor, Yves Le Gourrierec, président de la chambre du Morbihan, Jacques Jaouen et Patrice Plet, président et directeur de la chambre régionale, Joseph Ménard, président de la chambre d'Ille-et-Vilaine.
© TERRA
Dès le début, Jacques Jaouen a tenu à rappeler les difficultés budgétaires auxquelles la chambre régionale s'est confrontée tout au long de l'année 2006. Toutefois, les comptes sont finalement meilleurs que prévu. "Ce résultat intègre une participation complémentaire des chambres départementales de 200 000 euros", précise Jacques Jaouen. Des évolutions internes ont aussi conduit à une réduction de la masse salariale avec pour conséquence "l'abandon, pas toujours délibéré, de certains dossiers". L'intégration de la recherche appliquée constitue une évolution majeure du budget de 2006, élevant les dépenses mais surtout les recettes.

Poursuivre le travail sur la qualité de l'eau
Jacques Jaouen a souligné sa foi en l'avenir et dans un contexte en forte évolution, la nécessité "d'analyser pour s'adapter et anticiper". Il s'est réjoui des efforts réalisés par les agriculteurs, notant une nette évolution des pratiques pour améliorer la qualité de l'eau, qui réduit de 37 à 9 les bassins versants en contentieux, incités à atteindre rapidement les 50 mg par litre.
Il souhaiterait aujourd'hui "continuer ce travail, en adaptant davantage les moyens et les exigences aux contraintes locales". Selon Jean-Pierre Le Bihan, la Directive cadre européenne (DCE), conforte les choix faits en Bretagne, de travailler par bassin versant, sur les paramètres que sont les nitrates, le phosphore et les phytosanitaires.
Toutefois, la DCE complexifie la problématique, et exige désormais de prendre en compte les milieux aquatiques. Selon la profession, "le programme de mesures pour répondre aux objectifs de la DCE semble particulièrement ambitieux" et les enjeux pour l'agriculture bretonne multiples.
Afin de poursuivre le travail d'amélioration de la qualité de l'eau, Jean-Pierre Le Bihan a précisé que les chambres souhaitent, notamment, renforcer leur rôle d'animation auprès des agriculteurs, impliquer l'ensemble des acteurs locaux et, enfin, travailler sur des unités hydrologiques de petites dimensions, décision approuvée à l'unanimité.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité