Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

SANGLIERS MORTS
la profession contre-attaque

Les dernières analyses communiquées, vendredi, par la préfecture des Côtes d'Armor, si elles mettent en évidence la présence d'H2S, n'écartent pas l'hypothèse d'un empoisonnement. Après avoir subi le flot des accusations de la presse, relayant les propos d'associations écologiques, la profession a contre-attaqué, sur le plan médiatique aussi.

Lors de la conférence de presse de jeudi dernier.
Lors de la conférence de presse de jeudi dernier.
© terra

La préfecture des Côtes d'Armor a admis, vendredi 5 août, qu'en "l'état actuel des données, les seuls résultats significatifs portent sur le H2S". Des analyses complémentaires effectuées sur les 7 sangliers retrouvés morts ont en effet confirmé la présence, sur 5 d'entre eux, d'hydrogène sulfuré, gaz mortel résultant de la décomposition des algues vertes. Même chose pour le ragondin retrouvé mort plus tard.
Toutefois, même si l'étau semble se refermer sur ces algues vertes, la préfecture n'abandonne pas totalement l'hypothèse d'intoxication alimentaire. Certes, les recherches sur la présence éventuelle d'anatoxines de type A produites par des cyanobactéries dans le lit du Gouessant sont négatives et les analyses du bol alimentaire de sept sangliers ne permettent pas de mettre en évidence la présence d'anticoagulants, d'insecticides organophosphorés, de carbamates et de chloralose. Cependant, la préfecture a annoncé que de nouvelles recherches toxicologiques portant sur d'autres types de molécules toxiques allaient être lancées. Les résultats devaient être connus en fin de semaine.


Lors de la conférence de presse

 

Pour défendre la profession "accusée à tort", c'est Olivier Allain, le président de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor, qui est monté au créneau auprès des médias. "L'an dernier, aucun sanglier n'est décédé sur une plage bretonne, alors que cela fait 40 ans que l'on trouve des algues vertes, a-t-il ainsi souligné sur France Inter, dimanche matin. On peut donc logiquement penser qu'il a pu y avoir empoisonnement. La difficulté pour la préfecture, vu qu'il existe plus de 100 poisons possibles, est de déceler lequel pourrait être incriminé".
L'élu ne manque de rappeler aussi que, depuis 20 ans, la profession n'a pas ménagé ses efforts pour faire baisser le taux de nitrate, "mais, reconnaît-il, ce n'est pour autant demain que l'on verra les algues vertes totalement disparaître". Pour lui, on a affaire à un phénomène complexe. "Je suis allé dans une province chinoise, un peu la Côte d'Azur de la Chine, où l'on ramasse chaque année 1 million de tonnes d'algues vertes. Or, il n'y a aucun élevage de porcs dans les parages". Et d'afficher son "ras-le-bol" de voir toujours pointer du doigt, à tort, les élevages de porcs bretons.
"La Bretagne est la seule région de France qui voit son taux de nitrate baisser", souligne-t-il encore, tandis que 90% des côtes bretonnes sont indemnes de toutes algues vertes. De là à penser que l'on ne s'intéresse qu'aux trains qui n'arrivent pas à l'heure... Des thèmes qui ont été largement repris aussi lors d'une conférence de presse organisée conjointement par la FDSEA, les JA et la chambre d'agriculture pour les médias "grand public", jeudi dernier 4 août sur la plage Saint Maurice à Morieux.
"On enrage de laisser croire au plus profond de notre société que les agriculteurs ne seraient que des productivistes ignares des questions environnementales, écrit par ailleurs Olivier Allain. On enrage de laisser croire que nos exploitations ne sont pas depuis des années à la pointe du "produire propre". On enrage d’être pris pour les uniques cibles des causes de la prolifération des marées vertes". (...) Avant de conclure : "Près d’un Breton sur deux vit directement ou indirectement de l’agriculture bretonne. Gardons l’objectivité nécessaire pour prendre, tous et ensemble, le recul suffisant pour que cesse l’opprobre social et l’ignorance qui stigmatisent une profession qui aujourd’hui plus que partout ailleurs en France commence à récolter les fruits d’une prise de conscience et d’orientations engagées depuis bons nombres d’années".

Match de foot et échanges

Afin de réagir aux accusations portées contre la profession agricole bretonne, la FDSEA, les JA et la chambre d’agriculture des Côtes d'Armor organisent un match de football convivial sur la plage Saint Maurice de Morieux, ce vendredi 12 août, de 12 à 13h. Il s’agit, pour les agriculteurs bretons, de dénoncer les propos de certaines associations écologistes ayant pour but de terroriser la population. A cette occasion, ces organisations convient les médias à venir échanger, sur le devenir de l’économie bretonne, avec les responsables professionnels ainsi que les élus bretons, de 13 à 14h, au cours du pique-nique qui suivra le match.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
Carbon Agri, la méthodologie de certification des gains carbone en agriculture est disponible
Le ministère de la Transition écologique et solidaire a validé cet été la méthodologie Carbon Agri qui permet de faire certifier…
Vignette
Eureden se dévoile au Space

L'union de Triskalia et du groupe d'aucy prendra effet le 1er janvier 2020 suite à l'accord de l'Autorité de la…

Vignette
Ensilage du maïs, c’est parti et bien parti
Avec du maïs dosé à 28 % de MS le 23 août dernier, le Gaec laitier Le Bihan, à Noyal-Muzillac, au sud-est du département du…
Publicité