Aller au contenu principal

PORCS
La stratégie globale de la profession

Cela n'a pas tardé : face au caractère particulier de la crise, les responsables professionnels des FRSEA de Bretagne, Normandie, Pays de la Loire et de JA Ouest, se sont retrouvés mercredi à Rennes. Objectif ? Mettre en place une stratégie pour contrer les effets de l'augmentation du prix des matières premières.

Jeff Trébaol (Bretagne) et Jacques Lemaître (Pays de la Loire).
Jeff Trébaol (Bretagne) et Jacques Lemaître (Pays de la Loire).
© Terra
Outre la demande faite pour un retour des restitutions à l'export (voir TerrA de la semaine dernière), les professionnels présents mercredi et qui représentent 12 000 producteurs, soit 70% de la production française, souhaitent agir auprès de la grande distribution pour relever les prix de vente. "Le Français consomme en moyenne 35 kg de viande de porc par an. Pour couvrir l'augmentation de nos frais de production, a calculé Jacques Lemaître (Pays de la Loire), cela demanderait 14 euros de plus par Français et par an. Cette augmentation serait bien sûr à répartir entre les consommateurs et la GMS, ces dernière ayant une grande latitude de manœuvre".
Et les syndicalistes de pointer du doigt unanimement les marges qualifiées "d'abusives" par Paul Auffray (Côtes d'Armor) dégagées par les GMS. "Vendre du jambon à 15-20 euros du kg : est-ce normal", interroge-t-il. On l'aura compris, la cible des producteurs est et sera cette grande distribution accusée de tous les maux. Et, dans le même temps, ces mêmes producteurs se tournent vers elle pour rendre la viande porcine plus attractive auprès du consommateur. Jeff Trébaol (Bretagne) estime ainsi que les prix de fond de rayon sont trop élevés, demandant, d'une part, une réduction de 4 à 2 euros, et, d'autre part, un stickage VPF sur les marques distributeur et 1er prix.
Il convient aussi de parer au plus pressé. C'est pourquoi les responsables professionnels demandent aussi des mesures de soutien immédiates, tels que des prises en charge ou des reports des charges sociales, la mobilisation des banques et des vendeurs d'aliments pour soulager les agriculteurs rencontrant déjà des difficultés et l'activation de la cellule Agridif. Par ailleurs des rencontres de sensibilisation des élus sont prévues.
Enfin, les sections porcines ont demandé à la FNSEA d'intercéder auprès des céréaliers pour faire jouer la solidarité.
Rencontre avec la grande distribution

Mercredi 3 octobre, la grande distribution, représentée par la fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD), les magasins Leclerc et Intermarché, a rejoint la table des discussions à la demande de l'Interprofession porcine (FNP et Inaporc). Ont été discutés les moyens de relance de la consommation de la viande de porc. Les représentants de la production ont dénoncé la multiplication des actions de promotion et demandé que "la grande distribution joue le jeu", en dégageant des volumes, notamment par la mise en place d'actions de communication, et non de promotions. Autre problème pointé : les volumes importés de viande congelée destinée à la transformation. A noter que la profession n'a pas souhaité, pour l'heure, s'exprimer sur cette rencontre.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité