Aller au contenu principal

L'accompagnement des entreprises monte en puissance

Alors que le gouvernement communique à raison de dizaines de milliards d'euros sur les mesures d'accompagnement des entreprises, les banques sont à l'œuvre sur le terrain pour la déclinaison de ces mesures et surtout identifier et traiter les demandes des entreprises. Le Crédit agricole du Finistère faisait jeudi dernier un point de situation sur la gestion des prêts garantis par l'État et les avances de trésorerie. Deux dispositifs qui montent en puissance en département et de la même façon en région.  

Jean-Paul Kerrien, président du Crédit agricole de Finistère et Franck Bertrand, son directeur, ont fait le point le 16 avril sur la mise en place des prêts garantis par l'État en Finistère.

Pour Jean-Paul Kerrien, président du Crédit agricole du Finistère, et Franck Bertrand, son directeur, malgré la mise en place du confinement il n'y a eu aucune rupture dans la prestation aux clients de la banque verte. Il n'a pas fallu plus de 15 jours pour se réorganiser totalement et depuis "toute l'énergie des équipes est mise à intégrer les décisions du gouvernement, à modifier les process pour formuler des réponses précises aux entreprises".
Très rapidement la première mesure mise en place est une mesure interne, le "coup de pouce" crédit, qui est en fait un "simple" report d'échéance à la demande de l'emprunteur qui concernait 7 300 dossiers de prêts au 16 avril dont 3 640 professionnels, 950 entreprises et un peu plus de 2 700 particuliers (pour la caisse Finistère). L'essentiel des prêts proposés aujourd'hui par le Crédit agricole intègre cette offre qui permet à tout un chacun de demander le report d'une ou de plusieurs échéances simplement et ainsi très rapidement de bénéficier d'une souplesse de trésorerie.

475 demandes de prêts de trésorerie garantis par l'État
Au 16 avril, soit un mois après la mise en place du confinement, 475 demandes de Prêts garantis par l'État (PGE) avaient été étudiées et 98 % acceptées dans le Finistère, les chiffres étant comparables dans les autres départements bretons. Le directeur général du Crédit agricole 29 indique "entendre la pression politique", et souligne que "toutes les demandes ont été traitées rapidement et à la très grande majorité favorablement". Le dispositif monte en puissance, puisqu'en quelques jours, le nombre de dossiers étudiés a été multiplié par deux. Franck Bertrand rappelle que les entreprises peuvent formuler une demande pendant un an et de façon fractionnée. Le prêt de trésorerie consenti est à 0 % d'intérêt, il pourra soit être remboursé au bout d'un an sans frais, soit être transformé au bout de cette année en prêt "classique" amortissable sur quelques années et consenti au taux du marché à la date de la transformation en prêt.

Les entreprises peuvent formuler une demande de PGE pendant un an et de façon fractionnée


Même la procédure et les documents à présenter sont simplifiés. Il faut en règle générale présenter des documents qui attestent du chiffres d'affaires 2019 - en sachant que le prêt ne peut dépasser 25 % de ce montant - et si possible un plan ou une situation de trésorerie 2020.
À ce stade, il n'est pas encore possible d'identifier un profil "type" des entreprises concernées et leur nombre est encore très faible. Le monde agricole n'ayant à ce jour que très peu engagé de démarches en la matière. Pour Jean-Paul Kerrien, "il y aura bien sûr une adaptation à chaque situation. Les banques ne sont pas le problème, elles sont même aujourd'hui un bout de la solution". Le Crédit agricole mobilise chaque jour la puissance de son réseau et du groupe pour répondre aux besoins des clients. Jean-Paul Kerrien souligne d'ailleurs : "Nous sommes ouverts partout sur le territoire tous les jours", sous entendu, ce qui n'a pas été le cas de tout le monde dans cette crise, en pensant très fortement au réseau de La Poste largement défaillant.

Nous allons honorer nos partenariats
Le monde agricole d'une façon générale est actuellement très pris dans les champs, et s'il a une relative habitude des crises, pour le moment il n'est sans doute pas le plus impacté par celle que nous traversons, sauf bien sûr des secteurs comme l'horticulture, les pépinières, le tourisme. Jean-Paul Kerrien s'attend cependant à une augmentation du nombre de demandes de PGE dans les jours et les mois à venir. Le président du Crédit agricole veut aussi faire une mise au point : "Nous allons honorer nos partenariats", qu'il s'agisse d'événements importants comme les fêtes maritimes de Brest, le salon de la BD, le festival du bout du monde et beaucoup d'événements sportifs culturels, régionaux, départementaux ou locaux pour lesquels des engagements de partenariats avaient été signés. Le crédit agricole honorera sa signature, que l'événement ait lieu ou qu'il soit supprimé pour cause d'interdiction. Un engagement qui rassurera sans doute beaucoup de responsables associatifs, culturels ou sportifs.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité