Aller au contenu principal

Lactalis : le bras de fer reprend

Entre Lactalis et les producteurs de lait se joue actuellement une nouvelle bagarre sur la question du prix. Les seconds reprochent au premier les prix pratiqués depuis le début de l'été(1). Les actions des producteurs plutôt symboliques étaient avant tout concentrées dans l'Ouest. Mais immédiatement les fédérations nationales des industriels d'une part, des producteurs d'autre part, sont montés au créneau montrant bien le niveau de tension très élevé qui règne sur le terrain. Un nouvel épisode de la guerre des prix vient-il de s'ouvrir ?

Dans les Côtes d'Armor le samedi 23 juillet, puis dans la Sarthe, le 29 juillet, des opérations d’étiquetage des produits Lactalis ont été menées dans des grandes surfaces par des éleveurs des sections laitières des FDSEA de ces départements. "Il s’agit d’opérations de terrain qui visent à attirer l’attention du grand public sur la difficile réalité que vivent les éleveurs laitiers français et particulièrement ceux livrant à Lactalis", informe, dans un communiqué datant du lundi 1er août, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL). "Le syndicalisme est dans son rôle quand il fait savoir ce que Lactalis veut cacher", revendique l’organisation. La FNPL dénonce les prix trop bas pratiqués par l’entreprise Lactalis, rappelant que cette dernière avait pourtant bénéficié des effets de la charte de valeur de la FNPL depuis janvier 2016, lors des négociations tarifaires avec la distribution. Dans la région Pays de Loire, une campagne d'affichage sur le bord des routes a commencé, de même qu'en Bretagne dans le Morbihan.

La Fnil dénonce des "actions irresponsables"

Dans un communiqué d'une rare virulence, la Fédération nationale de l'industrie laitière (Fnil) a dénoncé "l'irresponsabilité de campagnes de dénigrement à l'encontre d'une entreprise et de ses dirigeants", ainsi que des "tentatives d'intimidation de toutes sortes", avec des "méthodes d'un autre temps" ! La Fnil a aussi dénoncé le fait que "l'opprobre soit jeté sur des produits de grande consommation". La crise sans précédent que traverse le secteur laitier touche de plein fouet les producteurs et dans ce contexte pourtant, explique la Fnil, "le prix du lait en France demeure supérieur de 20 % à celui des autres pays concurrents".

C'est peu de dire que le torchon brûle à nouveau entre les producteurs et les entreprises laitières. Au cœur de l'été, ce nouveau bras de fer ne fait probablement que commencer. Un des enjeux est la poursuite de relations interprofessionnelles, la Fnil s'interrogeant sur le fait qu'elles soient durablement possibles. En quelques jours, le ton est monté très fort et très haut, les jours à venir diront si des discussions peuvent reprendre ou si le débat s'installe sur le terrain du rapport de force.

(1) Lire aussi les résultats de l'Observatoire des prix du lait en page 25 de Terra.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité