Aller au contenu principal

L'Adasea se recentre sur l'installation et la transmission

La diversification n'a pas que du bon. L'Adasea a fait les frais du manque de financement sur les programmes agri-environnementaux. Pour consoliderson fonctionnement, elle se concentre sur ses missions premières autour de l'installation et de la transmission.

De gauche à droite, Pierre Bessin, responsable du service économie de la DDAF
et Jean-Luc Fossé, président de l'Adasea.
De gauche à droite, Pierre Bessin, responsable du service économie de la DDAF
et Jean-Luc Fossé, président de l'Adasea.
© TERRA
Pour éviter les déboires de sa consœur des Côtes d'Armor, mise en liquidation, l'Adasea d'Ille-et-Vilaine a choisi de recentrer ses actions vers l'installation et la transmission. Son président, Jean Luc Fossé, s'en est expliqué lors de l'assemblée générale du 26 juin. "Notre structure a traversé des années difficiles en raison de la diminution des financements publics et de la disparition des CTE, puis des CAD. Nous avons décidé de recentrer les actions de l'Adasea sur ses missions premières que sont l'installation et la transmission. Les actions en agro-environnement comme les études de territoires ne seront conduites qu'avec la certitude d'un financement pérenne". Cette évolution devrait permettre à l'Adasea de retrouver un équilibre financier en 2007. 2008 ouvrira une nouvelle période avec une convention élargie à la DDAF.

Un nouvel accompagnement
Ce recentrage de l'Adasea sur l'installation se construit autour d'un parcours à l'installation qui évolue (voir page ci-contre). Ce nouvel accompagnement a été construit et testé dans le Morbihan. "Face à un parcours ressenti comme une contrainte administrative, il fallait clarifier les rôles de chaque structure, l'adapter au profil de chaque jeune et simplifier les démarches", constate Pierre-Yves Le Bozec, président des Jeunes Agriculteurs du Morbihan. Avec comme point de départ de ce nouveau parcours, le Point info installation, l'Adasea apportera ses compétences pour aider le jeune à construire son plan de développement de l'exploitation. Dès cette année, il y aura des évolutions dans le parcours à l'installation avec des prévisions économiques à faire sur 5 ans et non plus 3, un revenu minimum calé sur le Smic, avant que le nouveau dispositif d'accompagnement entre pleinement en action en 2008.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité