Aller au contenu principal

Lancée en 1990 par la FDSEA et la CFDT
L'AEF fête ses 20 ans

L'AEF, l'association emploi formation, a fêté ses 20 ans le 18 juin dernier à Châteaulin. Petit retour en arrière.

"Des coups, on en a pris", se souvient Jean-Claude Philipot. Salarié CFDT, il sera le premier secrétaire général de l'AEF, en 1990. Pas si simple, à l'époque, de lancer une association paritaire, entre syndicat de salariés et syndicat patronal. "On nous a reproché, bien souvent, que c'était une alliance contre nature". Mais qu'importe, la volonté d'une poignée d'hommes sera plus forte et, après trois années d'échanges et de discussions, l'AEF voit le jour.

Pénurie de main d'oeuvre

"Pierre Bellec, alors économiste à la chambre d'agriculture, nous avait alerté : nous allions manquer de main d'oeuvre à l'horizon 2000". Comme les autres, les ménages d'agriculteurs font de moins en moins d'enfants. Or, les chiffres sont formels, "seuls un tiers des enfants d'agriculteurs restent dans le milieu". Pour espérer avoir encore des bras à la production, chefs d'exploitation ou salariés, il fallait mieux faire connaître ces métiers et toucher un nouveau public.
Dès sa création, les missions de l'AEF sont nombreuses : aux côtés de la mise en relation d'offres et de demandes d'emploi, d'appui à l'employeur comme au salarié au moment de l'embauche, elle se charge aussi de collecter les données relatives à l'emploi en agriculture, sert de relais départemental du Fafsea, le fonds de formation des salariés... "Il fallait aussi assurer la promotion du métier de salarié agricole", se souvient François Palut, le président fondateur de l'AEF.

Un comité d'entreprise pour les salariés

En 1995, les partenaires sociaux vont encore plus loin, et lancent le Cesa, le comité d'entreprise des salariés agricoles. "Et, comme pour l'AEF, ce sera le premier de France", se félicite François Palut. Il compte aujourd'hui près de 3 500 adhérents, pour un budget annuel qui dépasse les 600 000 €. "Une belle réussite".

 

 

L'AEF en quelques chiffres

Financé à parts égales par les salariés et les employeurs, 0,05% du salaire brut de part et d'autre, l'AEF concerne les conventions collectives de polyculture, élevage, maraîchage, Cuma, paysage, ETA et horticulture-pépinières. Doté d'un conseil d'administration de 16 membres, il emploie 5 permanents, dispose de deux antennes, à Quimper et Saint Pol de Léon, et assure près de 200 permanences par an sur l'ensemble du département.
En 2009, l'AEF a enregistré 1 724 offres d'emploi et 3 932 candidatures. 6 049 mises en relation employeur/candidat ont débouché sur 1 181 placements en entreprise. Au cours de rendez-vous individuels ou d'interventions collectives, plus de 2 500 personnes ont été rencontrées. Et plus de 680 contacts ont été noués avec des employeurs agricoles, ce qui représente près d'un employeur finistérien sur 5.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
Publicité