Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L'AELB un état d'esprit différent

La production de lapins entre dans sa 4e année de crise, c'est dans ce contexte que l'AELB (association des éleveurs de lapins bretons) a tenue sa première assemblée générale. "Au printemps 2009, l'abattoir Meyer s'est mis en procédure de sauvegarde, les premières difficultés financières sont apparues à Lisoé entraînant ainsi sa disparition, resitue Jean-Michel Marsoin, vice président de l'AELB. Un groupe d'éleveurs s'est alors réunis, ne voulant pas devenir des éleveurs indépendants ni rejoindre les groupements existants, ils ont créé l'AELB". Aujourd'hui, l'association regroupe 43 éleveurs, comptabilisant 19 620 cages mères sur l'ensemble de la Bretagne. L'AELB se démarque par la liberté qu'ont les adhérents de choisir leur fournisseur d'aliment et leur souche génétique. "Nous nous étions engagés l'année dernière à faire fonctionner notre association de manière simple et efficace, garder une liberté en amont et améliorer les garanties en aval, rappelle Pascal Mancel, président de l'AELB. C'est sur cette dernière partie qu'il reste du travail. Il faudra, pour 2010, des volontaires pour entrer dans une commission "Débouchés"." L'AELB souhaite aussi voir les résultats technico-économiques des adhérents s'améliorer. En 2010, elle veut mettre en place une GTE chez un maximum d'éleveurs.

2010: nouvelle année difficile pour les éleveurs cunicoles

Le coût de production d'un lapin, main d'œuvre comprise est de 1,75 ? du kg. Le prix fixé en février 2010 avec l'interprofession est insuffisant. Si les éleveurs acceptaient de perdre un peu d'argent dans l'optique d'une amélioration, avec une revendication à 1,65 ? du kg, les négociations avec la FIA, représentant les abattoirs, n'ont aboutit qu'à un accord de 1,60 ? du kg. Ce prix a conduit les éleveurs à bloquer les camions du 8 au 10 mars 2010 pour signifier leur mécontentement. A la suite de cet évènement, trois rencontres ont eu lieu en présence du syndicalisme, de l'administration, des groupements et des abattoirs. La dernière, en juin, avait pour objet de convaincre les GMS et la restauration collective de promouvoir la viande de lapin.

 

Sandrine Allain

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le tribunal de Saint Brieuc exige du GDS la délivrance des ASDA
Depuis plusieurs mois, un conflit oppose des éleveurs adhérents ou non adhérents du GDS, au sujet, d'une part, du montant des…
Le croisement pour un troupeau facile à vivre
À Trégarvan dans le Finistère, dans les parcelles qui bordent l’Aulne, 115 vaches croisées 3 voies pâturent presque toute l’année…
Le boom des plantes aromatiques et médicinales cueillies
La cueillette des plantes sauvages est en plein renouveau. Longtemps marginale, méconnue, elle est en plein essor, portée par le…
Le marché du porc breton : optimisme en 2020, mais pas d'euphorie
L'année 2019 s'achève sur un prix du porc inédit depuis 1992, avec un pic à 1,70 euros le 12 décembre dernier. Les vœux du marché…
Les centres de formation des chambres d'agriculture repris par des organismes locaux
Les chambres d'agriculture recentrent leur activité et confirment leur désengagement de la formation qualifiante sur ses quatre…
Pourquoi et comment mesurer le bilan environnemental des élevages ?
Sur la question environnementale, l'élevage est pointé comme une cause importante de dommages à l'échelle de la planète, avec des…
Publicité