Aller au contenu principal

L'AELB un état d'esprit différent

La production de lapins entre dans sa 4e année de crise, c'est dans ce contexte que l'AELB (association des éleveurs de lapins bretons) a tenue sa première assemblée générale. "Au printemps 2009, l'abattoir Meyer s'est mis en procédure de sauvegarde, les premières difficultés financières sont apparues à Lisoé entraînant ainsi sa disparition, resitue Jean-Michel Marsoin, vice président de l'AELB. Un groupe d'éleveurs s'est alors réunis, ne voulant pas devenir des éleveurs indépendants ni rejoindre les groupements existants, ils ont créé l'AELB". Aujourd'hui, l'association regroupe 43 éleveurs, comptabilisant 19 620 cages mères sur l'ensemble de la Bretagne. L'AELB se démarque par la liberté qu'ont les adhérents de choisir leur fournisseur d'aliment et leur souche génétique. "Nous nous étions engagés l'année dernière à faire fonctionner notre association de manière simple et efficace, garder une liberté en amont et améliorer les garanties en aval, rappelle Pascal Mancel, président de l'AELB. C'est sur cette dernière partie qu'il reste du travail. Il faudra, pour 2010, des volontaires pour entrer dans une commission "Débouchés"." L'AELB souhaite aussi voir les résultats technico-économiques des adhérents s'améliorer. En 2010, elle veut mettre en place une GTE chez un maximum d'éleveurs.

2010: nouvelle année difficile pour les éleveurs cunicoles

Le coût de production d'un lapin, main d'œuvre comprise est de 1,75 ? du kg. Le prix fixé en février 2010 avec l'interprofession est insuffisant. Si les éleveurs acceptaient de perdre un peu d'argent dans l'optique d'une amélioration, avec une revendication à 1,65 ? du kg, les négociations avec la FIA, représentant les abattoirs, n'ont aboutit qu'à un accord de 1,60 ? du kg. Ce prix a conduit les éleveurs à bloquer les camions du 8 au 10 mars 2010 pour signifier leur mécontentement. A la suite de cet évènement, trois rencontres ont eu lieu en présence du syndicalisme, de l'administration, des groupements et des abattoirs. La dernière, en juin, avait pour objet de convaincre les GMS et la restauration collective de promouvoir la viande de lapin.

 

Sandrine Allain

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité