Aller au contenu principal

L'Afab devient Nutrinoë

Avec un repli de près de 80 000 t en un an, le marché de la nutrition animale en Bretagne est le miroir de la santé de ses productions. Pourtant, la région accueille 40 % de la production française. Une place forte, une utilité économique et sociale sur lesquelles l'Association des Fabricants d'Aliments pour Bétail entend communiquer avec un nouveau nom, Nutrinoë et des portes ouvertes.

L'Afab change de nom pour devenir Nutrinoë mais conserve son président,  Hervé Vasseur.
L'Afab change de nom pour devenir Nutrinoë mais conserve son président, Hervé Vasseur.
© claire le clève

"Nous sommes un très bon indicateur de la santé de nos filières animales", résume Hervé Vasseur, président de l'association Nutrinoë*, rebaptisée lors de l'assemblée générale de la structure ouest, mercredi dernier à Lorient. Et si l'effet miroir n'est pas nouveau, c'est le reflet renvoyé d'une lente mais certaine régression de la production qui alarme. "En 11 ans, la France a perdu 9 % de sa production. Nous sommes à 20,8 millions de tonnes". Place centrale de la production hexagonale avec 8,4 millions de tonnes produites, la Bretagne a perdu durant ce laps de temps près de 14 % de sa production. "En 2012, quand la production en France régressait de 0,5 %, la Bretagne perdait 0,9 %". Une autre manière de souligner l'importance de l'élevage dans l'Ouest et l'impact de sa perte de vitesse en matière de nutrition animale. Pourtant, le secteur génère en Bretagne un chiffre d'affaires de 3,4 milliards d'euros et 7000 emplois directs dans les usines d'aliments. Les raisons du déclin sont connues, "à force de matraquage et malgré l'augmentation du niveau de vie, on a perdu 10 kg de viande consommée par an et par français pour passer de 100 à 90 kg" pointe le président de Nutrinoë. Dans ce paysage, quand la viande de mouton baissait de 35 % dans l'assiette des français, le poulet augmentait de 10 %, "et 44 % de ce que nous mangeons est importé". Pour les produire l'Allemagne, l'Espagne, la Belgique et la Hollande s'activent, "les ¾ de nos importations", avec qui le déficit de la balance commerciale se creuse.

 

La Bretagne, moitié de la production française

Malgré les crises, la région bretonne résiste et affiche son premier rang en matière de fabrication d'aliments pour le porc (72,5 % de la production nationale), la dinde (51%), les pondeuses (46 %), le poulet (35 %) et les bovins (20,5 %) avec 1,1 millions de tonnes produites, c'est le seul secteur à tirer son épingle du jeu avec +1,8 %, reflet de l'augmentation de la production laitière. C'est en porc et en volaille que la baisse de production est la plus importante, respectivement de moins1,6 % et moins 1,5 % en 2012 quand le nombre de truies baissait de 1,4 % dans les élevages bretons. "Depuis 2001 qui marque l'apogée de la production à plus de 10 millions de tonnes produites, en porc nous avons perdu 13,6 %, moins 650 000 tonnes en 11 ans et 20,4 % en volailles où la dinde a le plus souffert en perdant 460 000 t" note Hervé Vasseur, directeur d'Aliouest. Et face au renchérissement du coût des matières premières, qui n'arrangent rien dans ce paysage de la production, d'insister sur la politique de tamponnement des hausses pratiquées par le maillon nutrition animale. Pour autant, pointant les distorsions "fiscales sociales, environnementales et énergétiques en Europe. Malgré tout cela, on récolte de nouvelles charges avec le 44 t, on est un peu groggy", ne cache pas le responsable dont l'association travaille également sur les surcoûts financiers qu'engendreraient la minoration de charge à l'essieu et l'écotaxe.

Claire Le Clève

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
Carbocage ou combien de carbone stocké dans vos haies ?
La haie bocagère recèle de richesses, y compris fourragères. Elle contribue aussi au piégeage du carbone. Mais de combien ?…
Publicité