Aller au contenu principal

L'agriculture, ce sont 700 M€ d'investissement

Michel Morin et Pierrick Massiot, respectivement vice président et président du conseil régional faisaient vendredi dernier un point "d'avant Space", avec pour message essentiel : "l'agriculture et l'agro-alimentaire ne se résument pas à des situations difficiles !".

Pierrick Massiot, président du conseil régional.
Pierrick Massiot, président du conseil régional.
© Terra

Les deux responsables politiques se situaient sur un discours optimiste et apaisant. Dans l'essentiel des filières de production bretonnes, les responsables identifient des voies de progrès et d'avenir, qu'il s'agisse du porc où après la stabilisation, "on peut envisager une reprise de la production", du lait où les besoins dans le monde sont "chaque année de 20 milliards de litres de lait supplémentaires", ou de la bio qui "a doublé ses chiffres en quelques années" et recèle encore des marges de progrès.

Il ne s'agit pas de masquer les difficultés. Tilly- Sabco par exemple "a été soutenu à bout de bras", mais est "au bout du bout". Difficultés également en viande bovine où certains éleveurs prennent le chemin de la végétalisation.

Mais les responsables veulent surtout voir les points positifs de la situation : un niveau d'investissement rarement atteint, une excellence sanitaire, et une maîtrise de la qualité et de la traçabilité sanitaire qui devient un véritable avantage concurrentiel sur les marchés internationaux.

Les pouvoirs publics accompagnent et accompagneront demain ces développements.  Michel Morin et Pierrick Massiot énumèrent ainsi 650 M€ de crédits publics du Feder, du Feader, de la région et des départements qui seront mobilisés et viendront dans les cinq ans à venir soutenir l'investissement privé.

Dernier point de satisfaction : l'environnement. La condamnation de la France sur le dossier des nitrates ressemble presque à un satisfecit pour la Bretagne. "Les mesures prises dans les 8 bassins versants ont permis de ramener le niveau des nitrates en Bretagne à moins de 30 mg/l. La Bretagne tient le bon bout" et d'ailleurs, l'apparition des algues vertes sur d'autres points du littoral français tend à démontrer "que si la Bretagne a été la première concernée, la question des algues vertes n'est pas un sujet breton".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !
"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de…
Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?
La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la…
Publicité