Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?

Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité alimentaire et émissions de gaz à effet de serre, les techniques de préservation des sols présentent de nombreux atouts pour lutter contre le dérèglement climatique. Certains agriculteurs sont engagés depuis longtemps dans cette démarche. À l'image d'Éric Tessier, éleveur de porcs et producteur de lait à La Dominelais (35), membre de l'association Sols d'Armorique, qui a rejoint le réseau national de l'Apad (Association pour la promotion d'une agriculture durable).

Apad (Association pour la promotion d'une agriculture durable)
De gauche à droite : François Mandin, président de l'Apad, Olivier Allain, vice-président du conseil régional, Éric Tessier, et Roland Hallegouet, président de Sols d'Armorique.

Stockage du carbone, préservation de la biodiversité, suppression de l’érosion, diminution des charges pour les agriculteurs… La liste des bénéfices apportés par l'agriculture de conservation des sols est longue. Jeudi 5 septembre, l'exploitation d'Éric Tessier et de son épouse a reçu la visite du président de l'Apad, François Mandin, et du vice-président du conseil régional, Olivier Allain. "Afin de favoriser le développement de nouvelles pratiques agricoles toujours plus durables, la Région soutient les groupes d’agriculteurs qui s’investissent, localement, dans des expérimentations de trois ans autour de diverses thématiques (réduction des produits phytosanitaires, approche systémique, autonomie énergétique, autonomie protéique…)", a souligné Olivier Allain, à l'occasion de cette visite de terrain, qui marquait donc aussi l'arrivée de l'association Sols d'Armorique, au sein de l'Apad. Créée en 1998, elle rassemble mille agriculteurs, des techniciens et associations régionales, répartis sur toute la France, afin de développer l'agriculture de conservation des sols. Animée par la dynamique du groupe, ses membres échangent et expérimentent au sein de treize collectifs régionaux et une association nationale.

 

D'abord ne pas travailler les sols

"Les trois grands principes de l'agriculture de conservation des sols, c'est d'abord de ne pas travailler les sols, ensuite d'avoir une couverture permanente et enfin une diversité des cultures", rappelle Fançois Mandin, qui voit dans cette agriculture "une perspective d'avenir". Avec une baisse estimée à 40 % des gaz à effet de serre, une matière organique, moteur de la biodiversité, qui reste sur le sol, l'agriculture de conservation des sols a de nombreux atouts à faire valoir. "C'est aussi un avantage en matière de protection vis-à-vis de la qualité de l'eau. Avec un sol qui n'est jamais nu, on réduit de l'ordre de 90 % les risques d'érosion", témoigne encore François Mandin. Et d'ajouter : "Quand le sol est vivant, on obtient aussi des produits de meilleure qualité".

Installé depuis 1992, rejoint par son épouse en 1997, Éric Tessier pratique l'agriculture de conservation depuis presque vingt ans. Il a constaté une baisse des charges opérationnelles et des charges de mécanisation. "Quand on supprime le travail du sol, on réduit les besoins de mécanisation et on divise par deux le carburant", souligne-
t-il. Mais attention, il faut aussi disposer de matériel spécifique adapté à l'agriculture de conservation des sols. Il faut aussi avoir en tête, que pendant la période d'adaptation, on estime la baisse de production d'environ 10 %. "C'est aussi un risque en plus, car on change son système", prévient Éric Tessier. Ces pionniers fondent de grands espoirs dans ce modèle de production. "Ça fonctionne. On a des résultats économiques et environnementaux, qui nous permettent de réconcilier la production et le respect de l'environnement", conclut François Mandin, qui envisage la création prochaine d'un label.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Vignette
Carbon Agri, la méthodologie de certification des gains carbone en agriculture est disponible
Le ministère de la Transition écologique et solidaire a validé cet été la méthodologie Carbon Agri qui permet de faire certifier…
Vignette
Eureden se dévoile au Space

L'union de Triskalia et du groupe d'aucy prendra effet le 1er janvier 2020 suite à l'accord de l'Autorité de la…

Vignette
Ensilage du maïs, c’est parti et bien parti
Avec du maïs dosé à 28 % de MS le 23 août dernier, le Gaec laitier Le Bihan, à Noyal-Muzillac, au sud-est du département du…
Publicité