Aller au contenu principal

Pays de Quimperlé
L'agriculture, un secteur économique de poids

Lassés d'être la cible de certaines associations, par médias interposés, les agriculteurs du pays de Quimperlé ont organisé un point presse, le 9 juin dernier, pour rétablir certaines vérités.

Le 9 juin dernier, le comité de développement a rappelé l'importance économique de l'agriculture sur le Pays de Quimperlé.
Le 9 juin dernier, le comité de développement a rappelé l'importance économique de l'agriculture sur le Pays de Quimperlé.
© Chantal Pape

"L'agriculture d'aujourd'hui n'est plus celle d'il y a 10 ou 20 ans", rappelle Hervé Prima, le président du comité de développement de l'Aven Laïta. Et de montrer les efforts faits au quotidien. "Nous avons réalisé la mise aux normes de tous nos bâtiments d'élevage, énumère Nicolas Naour, installé à Moëlan sur Mer. Nous avons créé une fosse et une fumière, pour éviter tout rejet dans la nature. Nous pratiquons le travail du sol sans labour, pour limiter érosion et ruissellement. Les cours d'eau sont protégés par des bandes enherbées et les animaux ne s'y abreuvent plus, grâce à des bacs et pompes de prairie. Les talus et berges sont entretenus mécaniquement...". Des pratiques que les conchyliculteurs de l'Aven-Belon-Merrien ont pu découvrir le 8 avril dernier. "Ils ont été impressionnés par notre engagement en faveur de la qualité de l'eau".

Poids-lourd de l'économie

"22% des actifs du pays de Quimperlé ont un emploi dans l'agriculture, souligne Hervé Prima. 7% sont chefs d'exploitation ou salariés, 15% travaillent dans l'industrie ou l'agroalimentaire". "Et sans agriculture, pas de transformation, rappelle André Fraval, vice-président de la Cocopaq, inquiet des conséquences de la crise sur le revenu des agriculteurs. "Il est indécent qu'on ne puisse pas vivre de son métier".
La communauté de communes compte 565 exploitations, principalement an lait, porc, volailles et légumes d'industrie. Comme ailleurs, la diversification est importante. "45 exploitations commercialisent tout ou partie de leur production en circuits courts. 21 exploitations sont en agriculture biologique".
Installée en 1997, Véronique Bleuzen a créé de toutes pièces son élevage, 30 truies en bio sur 25-30 ha. "A l'époque, je n'ai pu bénéficier d'aucune aide : bio ou pas, la création d'un atelier porc n'est pas subventionné". Il en faudra plus pour décourager la jeune femme qui reprend l'exploitation de ses beaux-parents, pour accroitre l'autonomie alimentaire de son élevage, et se lance dans la vente directe en 2002. "A l'époque, on était en pleine crise du porc bio. La vente directe ne me permettait d'écouler qu'un porc par semaine mais, au moins, j'avais l'impression de faire quelque chose". Depuis, les ventes ont progressé et des brebis ont rejoint l'exploitation, qui ouvrira ses portes le 5 septembre prochain, dans le cadre de la rando-ferme.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité