Aller au contenu principal

L'agro-alimentaire veut redorer son image auprès des jeunes

Avec 70000 emplois, l'agro-alimentaire est le premier secteur industriel en Bretagne. Pour se développer, il doit recruter mais peine à trouver des candidats. Pour convaincre les lycéens de 2e et 1ère en phase d'orientation de s'intéresser à ses métiers, des visites d'entreprises sont organisées par l'ABEA.

Gilles Bocabeille, PDG de Soéral-Ilou, présente son entreprise aux élèves d'une classe de 1ère STI du lycée Bréquigny.
Gilles Bocabeille, PDG de Soéral-Ilou, présente son entreprise aux élèves d'une classe de 1ère STI du lycée Bréquigny.
© Cécile Julien

"L''informatique", un ou deux osent "le sport, la musique". Quand on leur demande vers quel métier ils voudraient se diriger, aucun des jeunes en 1ère STI au lycée de Bréquigny ne répond l'agro-alimentaire alors que sa formation technologique peut parfaitement l'y préparer. Comme la plupart des lycéens, ils ignorent que l'agro-alimentaire offre des emplois dans la robotisation, la maintenance. Comme l'agriculture, l'agro-alimentaire traine une mauvaise image de ces métiers. Ce qui pénalise les recrutements, alors que la demande est bien là. "Les entreprises bretonnes proposent 3000 postes chaque année, 2000 pour remplacer des départs et 1000 créations de postes, chiffre Gaëlle Cotonnec, de l'Association bretonne des entreprises agro-alimentaires. A ces postes, il faut ajouter les 900 places d'apprentissage. En ces périodes de crise, les IAA ont plutôt bien résisté". Les formations sont loin de faire le plein, les entreprises peinent à recruter sur des postes qualifiés. A tel point que certains craignent que la main d'œuvre ne devienne un facteur limitant le développement. "Les difficultés à recruter sont chroniques, déplore Gilles Bocabeille, PDG de Soréal-Ilou. Ca freine la mise en route de nouveaux projets".

Promotion collective
Pour lever les préjugés, en terme de pénibilité, de salaire sur les métiers, l'agro-alimentaire breton organise des rendez-vous lycéens. Cette année, une vingtaine de classes y a participé. D'abord, les jeunes en 2e et 1ère générale et technologique se rendent dans une halle technologique pour fabriquer des produits et retrouver le lien entre leur alimentation et les entreprises qui font le paysage économique de la région. Avant un forum des métiers, les lycéens visitent une entreprise. Lundi 8 février, les 1ère STI de Bréquigny ont visité l'entreprise Soréal Ilou, à Brie. Ils y ont découvert une usine moderne où la technologie est à la pointe et où les métiers sont nombreux. Des lycéens qui reconnaissent "avoir été étonnés par la modernité".
Pour démultiplier ces opérations, faire venir les jeunes dans les entreprises, il faut les moyens. L'ABEA milite donc pour que les entreprises de la région orientent une part de leur taxe d'apprentissage vers la promotion des métiers.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité