Aller au contenu principal

150 tracteurs et un millier de personnes à Morlaix
Laissez-nous entreprendre !

Réunis à Morlaix le 5 décembre dernier à l'appel de la FDSEA et des JA, les agriculteurs ont demandé une seule chose : qu'on leur laisse le droit de produire et entreprendre.

En ce mercredi après-midi, le soleil brille, place des Otages, à Morlaix. Et il flotte dans l'air une délicieuse odeur de grillades. Pourtant, l'ambiance n'est pas à la fête ! A l'appel de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs du Finistère, un millier de personnes se sont rassemblées, agriculteurs mais aussi ETA, salariés et élus d'organisations professionnelles agricoles ou de l'agro-alimentaire, maires et élus municipaux... Bétaillères et remorques bâchées légumières l'attestent, toutes les productions sont là. Et, aux côtés des tracteurs, on trouve aussi des camions aux couleurs de Prince de Bretagne, Tilly Sabco, Kerboas, Le Gall frères...

 

Installer

 

"On est venu exprimer notre ras-le-bol". Olivier Billon évoque d'abord les chiffres de l'installation, "120 par an dans le Finistère, autant que le nombre de départs précoces ! Aujourd'hui, 24% des agriculteurs ont plus de 55 ans, 18% seulement moins de 40 ans". Et le président des JA de plaider en faveur d'une réelle politique d'installation mais aussi de préservation du foncier, "notre outil de travail".

 

Produire

 

"Ce rassemblement est un cri d'alerte, poursuit Thierry Merret, président de la FDSEA. Il faut remettre l'économie de production au cœur des décisions". Une réforme de la PAC alarmante, des distorsions de concurrence insupportables, une inflation réglementaire, une forte pression environnementale, des contrôles qui se multiplient... : les griefs sont nombreux. "Notre métier, c'est de produire, pas de remplir des papiers". Et, alors que la crise perdure, les agriculteurs ne comprennent pas pourquoi on leur impose tant de freins. "Continuons dans cette surenchère de contraintes et le déclin nous attend au tournant".

 

Ensemble

 

"Ici, il y a 50 ans, nos parents et grand-parents ont su relever la tête. Et se préoccuper de l'avenir de l'économie bretonne". La ville de Morlaix n'a pas été choisie au hasard pour ce grand rassemblement. "A nous de nous organiser collectivement et de bâtir une stratégie commune et partagée". Et Thierry Merret de dénoncer le manque de courage des politiques. "Si vous écoutez les sirènes des détracteurs de l'économie de production, il vous faudra en assumer les conséquences en termes d'emplois et d'aménagement de votre territoire". De dénoncer aussi le comportement des responsables économiques agricoles, qui "préfèrent gérer leur entreprise à la petite semaine, plus préoccupés par leur image ou leur résultat à court terme". Et celui des industriels de l'agro-alimentaire. Porc, volaille... : "cela fait des années que la restructuration est nécessaire et rien ne se passe". Avant de demander le droit d'entreprendre, sur les exploitations. "Car l'économie bretonne ne s'en sortira pas avec une agriculture en décadence". Entreprendre donnerait l'occasion de créer des emplois sur les exploitations mais aussi dans les filières, l'agro-alimentaire... "Nicole Brick, Ministre du commerce agricole, l'a rappelé : un milliard d'euros de plus à l'export, c'est 10 000 emplois créés".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité