Aller au contenu principal

Lancement d'un nouveau service d'agent de traite

Le groupement d'employeurs Sdaec et Terralliance propose la mise à disposition d'un agent de traite à temps partagé. Formé et proche de l'exploitation.

Le Sdaec et Terralliance présenteront cette nouvelle offre lors du Space Hall 5, stand B51.
Le Sdaec et Terralliance présenteront cette nouvelle offre lors du Space Hall 5, stand B51.
© terra

Terralliance et le Sdaec, groupement d'employeurs agricole basé à Plérin, présenteront au Space un nouveau service "Agent de traite". Si la fonction d'agent de traite est bien connue, l'idée est de déléguer l'acte de traite à un agent de traite à temps partagé, formé et proche de l'exploitation géographiquement. Pour le groupement d'employeurs, les raisons sont nombreuses - dans un quotidien chargé - de vouloir déléguer, même quelques heures par semaine, cette tâche cruciale mais routinière. Avec la fin des quotas, l'augmentation de la taille des élevages, la surcharge de travail, la raréfaction de la main d'oeuvre familiale et la préservation de sa santé... sont autant de raisons de faire appel à une aide extérieure. "Il faut considérer l'exploitation agricole comme une entreprise à part entière où la traite peut être déléguée. L'idée est que l'exploitant se garde du temps pour piloter son entreprise", explique la directrice du Sdaec et de Terralliance,Sylvie Le Clec'h-Ropers.

Proximité et formation à la carte

Côté salarié, le Sdaec et Terralliance entendent déléguer la tâche à une personne habitant le territoire, proche de l'exploitation agricole. "La clé de la réussite reposera sur la proximité", confirme la directrice. Un travail de partenariat avec Pôle Emploi, l'AEF et le Fafsea permettra de cibler des personnes travaillant déjà à temps partiel sur le secteur, intéressées par un complément de temps de travail. "Nous voulons que cette prestation s'instaure dans l'intérêt de l'agriculteur et des candidats", souligne Sylvie Le Clec'h-Ropers. "Au niveau territorial, cela renforce l'image de la profession agricole comme vecteur d'emploi".

Le candidat, après deux jours passés avec un formateur, effectuera 15 jours de formation terrain. Des informations sur les aspects de santé des vaches, notamment, viendront en complément.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité