Aller au contenu principal

L'Apli s'invite à la session chambre des Côtes d'Armor

La session chambre des Côtes d'Armor, qui avait lieu jeudi 15 mars dernier, a été quelque peu chahutée. Environ 150 membres de l'Apli ont ainsi investi la maison des agriculteurs, dans une ambiance parfois houleuse.

C'est accompagné d'un cercueil que les représentants de l'Apli sont arrivés à la session chambre.
C'est accompagné d'un cercueil que les représentants de l'Apli sont arrivés à la session chambre.
© Terra

Venus de tous les départements bretons, c'est en convoi funéraire que les militants de l'Apli ont pénétré à la session chambre, en portant un cercueil sur lequel on pouvait lire "sincère contractualisation". Tour à tour, les portes paroles se sont exprimés, interpellant le président de la chambre. "Les prévisions nous prévoyaient de bonnes années… Les gens ont investi et maintenant on est extrêmement mal", déclare un des producteurs de l'Apli. Interpellé, Olivier Allain rappelle : "d'abord, nous sommes tous des paysans". Et défend le projet de contractualisation : "avec la suppression des outils de régulation, si on ne propose rien, ce sera le néant".
"Pourquoi refusez-vous notre projet d'office du lait européen ? Nous, nous refusons le transfert de propriété et les contrats", dénonce un autre représentant de l'Apli, qui invite les différents représentants à quitter le Copa pour rejoindre l'EMB.  Les propos se font ensuite plus virulents quand un autre producteur de lait affirme : "votre seule volonté, c'est de sauver un système moribond, les coops et la FNSEA".
"Il ne s'agit pas du tout de cela. Notre engagement, il est bien au service des paysans", rétorque alors Guy Vasseur, le président de l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture, invité de cette session. Et d'ajouter : "à l'APCA, nous avions clairement exprimé notre souhait de voir le maintien des quotas et nous sommes persuadés que le libéralisme débridé nous emmènera dans le mur. Maintenant, nous devons faire en sorte que le gouvernement français obtienne des résultats à Bruxelles".
Pour l'Apli, le projet défendu par la FNPL va rendre les producteurs encore plus dépendants. "La FNSEA va livrer aux industriels les producteurs pieds et poings liés. Les coops, quant à elles, sont si peu compétitives qu'elles ne maintiendront leurs parts de marché qu'en cantonnant les producteurs dans un rôle de fournisseurs d'un maximum de marchandises au prix le plus bas possible", estime Hervé Le Roy, de l'Apli 22.
Le débat devient ensuite plus électrique et les attaques plus personnelles. Si tout le monde est d'accord sur le constat catastrophique de la filière laitière, difficile de rapprocher des avis si partagés sur la manière de gérer l'après quota. Une chose est sûre, la profession ne sortira pas grandie de ce dialogue de sourds. Qui pourrait presque prêter à sourire. Sauf que derrière les revendications et invectives, ce sont des agriculteurs qui vivent des situations dramatiques et de véritables catastrophes humaines.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité