Aller au contenu principal

L'Armoricaine met des Oméga 3 dans ses yaourts

La laiterie de Lanfains (22) dépose une Perle d'Armor dans les linéaires. Ce yaourt à boire, naturellement riche en Oméga 3, va permettre à la coopérative de conforter sa valeur ajoutée.

De gauche à droite, Arthur Jaglin, le président, et Jean Paul Linet, le directeur de l'Armoricaine.
De gauche à droite, Arthur Jaglin, le président, et Jean Paul Linet, le directeur de l'Armoricaine.
© Terra
Petite laiterie des Côtes d'Armor, l'Armoricaine a toujours basé son développement sur la recherche de valeur ajoutée. Fromage, lait ribot et autres produits frais ont permis de trouver des débouchés aux 37 millions de litres produits par 110 agriculteurs. "Perle d'Armor" vient compléter le panier. Ce yaourt à boire est naturellement riche en Oméga 3, de "bons acides gras", grâce à la présence de lin dans l'alimentation des vaches.
"Le territoire de notre coopérative, le pays de Quintin, est historiquement lié au lin, souligne Arthur Jaglin, le président de l'Armoricaine. L'intérêt des Oméga 3 était une évidence que nous voulions partager avec les consommateurs". Les Oméga 3 qu'absorbent les vaches soit par l'herbe, soit par un apport de lin extrudé, se retrouvent dans le lait. C'est donc vers le créneau des "produits santé" que s'est orientée la coopérative.
Perle d'Armor est riche en Oméga 3,  pauvre en sucres, et contient de la pulpe de fruits. Ce yaourt répond à la fois aux attentes de santé et de naturalité, par sa composition allégée et ses Oméga 3 ; sans oublier la notion de plaisir, grâce à des parfums variés et à une texture onctueuse. De quoi séduire des adultes soucieux de leur bien-manger.
"En parallèle des produits que nous transformons pour la grande distribution, nous souhaitions développer une marque propre, qui valorise notre savoir-faire sur les produits frais sur-mesure et soit un véritable projet de filière coopérative", souligne Jean Paul Linet, le directeur de l'Armoricai-ne. 5 agriculteurs se sont lancés dans cette filière, en partenariat avec Bleu Blanc Cœur. D'autres pourraient rapidement les rejoindre. D'une part, car le segment de marché des laits fermentés santé augmente de 15 à 20% par an et, d'autre part, parce que les éleveurs sont intéressés par la présence de lin dans l'alimentation de leur troupeau.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité