Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

À l’Assemblée, une volonté de réponse transpartisane aux antispécistes

Un colloque à l’Assemblée nationale a rassemblé une trentaine de députés de différents bords politiques autour de la défense de l’élevage face aux attaques des associations et groupuscules antispécistes. Les discussions pourraient déboucher sur une proposition de loi et une commission d’enquête sur ce mouvement.

Au-delà du thème affiché du colloque, "quelles relations entre l’Homme et les animaux ?", les discussions ont surtout porté sur les réponses à apporter au durcissement des actions antispécistes.

Le 13 novembre, le colloque organisé par les députés bretons Marc Le Fur (22) et Didier Le Gac (29) a brassé large en rassemblant une trentaine de députés de différents bords politiques (LREM, LR, PS, UDI, PCF...) autour de la défense de l’élevage. "800 actions antispécistes ont eu lieu depuis le début de l’année", indique le député de l'Ain Damien Abad (LR). Sur la même période, les intrusions dans des exploitations agricoles ont "été multipliées par trois" et "une cinquantaine de boucheries ont été attaquées". Ce 13 novembre, les organisateurs avaient bien en tête "l’idée de déboucher sur une initiative parlementaire", comme l’indique Marc Le Fur, vice-président (LR) de l’Assemblée. "Une partie du monde politique s’empare du sujet", se félicite-t-il.

Une partie du monde politique s'empare du sujet

 

"Il y a un vide juridique"

Première forme de réponse envisagée : une "commission d’enquête parlementaire sur l’autonomie financière des ONG", que "nous allons certainement pousser à nouveau", avance Frédéric Descrozaille (LREM). Le 13 novembre, le financement des associations a largement occupé les débats, notamment autour des fonds versés par la Silicon Valley à L214. "Nous avons besoin d’être éclairés" sur ce sujet, affirme Guillaume Garrot, député (PS) de la Mayenne et ancien ministre délégué à l’agroalimentaire. Favorable à l’ouverture d’une commission, Marc Le Fur pose cependant deux conditions : "Que ce ne soit pas l’occasion de retarder les décisions et que ce ne soit pas l’occasion de valoriser ces structures, car nous devrions les auditionner".

Autre réponse évoquée : une proposition de loi afin de protéger les agriculteurs contre les intrusions dans les exploitations. "Aujourd’hui, il y a un vide juridique, car les militants utilisent des méthodes qui n’ont pas été envisagées par le droit, comme des drones", justifie Marc Le Fur. De son côté, Didier Le Gac (LREM) veut y intégrer la notion de biosécurité : "On doit pouvoir introduire dans le droit le risque de contamination. Nous devons nous appuyer là-dessus, sinon, je crains que le texte ne serve à rien". La principale crainte des professionnels réside dans la propagation de maladies, comme la peste porcine africaine, aujourd’hui absente en France.

 

Apaiser le débat

Les parlementaires présents au colloque pourraient amorcer un début de front transpartisan pour défendre l’élevage. Leur dénominateur commun ? "Notre demande fondamentale consiste à vouloir apaiser le débat, résume Frédéric Descrozaille. Aujourd’hui, il y a une confrontation [avec les animalistes et les antispécistes], on espère qu’il y aura un débat".

Reste ensuite un obstacle de taille : recueillir une majorité. Les députés sensibles aux questions agricoles restent "très minoritaires", rappelle Frédéric Descrozaille. Les discussions autour de l’élevage font apparaître "des sensibilités assez marquées au sein de la majorité", ajoute-t-il, précisant que "le débat est relativement équilibré". Pour sa part, André Chassaigne (PCF), pense que "la bataille peut être gagnée, à condition d’expliquer, toujours expliquer".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Sarah Le Quer, installée à 24 ans
En octobre 2017, à 24 ans, Sarah Le Quer rejoint l’exploitation laitière familiale et s’associe avec son père. Un choix pesé,…
L’exosquelette entre en salle de traite
À la ferme expérimentale de La Blanche-Maison à Pont-Hébert dans la Manche, on teste depuis le 25 octobre l’exosquelette, un…
"Nous allons passer ce cap difficile, développer notre stratégie, accompagner l'agriculture"
Quelques jours après une grève des salariés qui a marqué les esprits, et à quelques jours des sessions chambre départementales,…
Vignette
Le P'tit gallo sur le chemin de l'autonomie énergétique
À Montreuil-le-Gast, la ferme du P'tit Gallo a fait son trou dans le paysage local. Après des débuts "un peu galère", quand il s'…
Vignette
Maïs grain, semis de céréales : la pluie retarde les chantiers
Si la pluviométrie record du mois d'octobre n'a pas trop affecté les chantiers d'ensilage de maïs, la récolte du maïs grain et…
"Notre métier, c’est de cultiver le sol, un sol biologiquement plus actif"
Régénérer le sol pour doper sa fertilité est la clé de l’agriculture dite de conservation. Toute une semaine lui était consacrée…
Publicité