Aller au contenu principal

Le 20 septembre à Auray : le maraîchage de demain

La station d'Auray ouvrira ses portes à tous les profesionnels le 20 septembre. L'occasion de découvrir les résultats des essais qui y sont menés, y compris sur le matériel.

Pour réduire la pénibilité, le robot de désherbage est en test depuis deux ans à la station.
Pour réduire la pénibilité, le robot de désherbage est en test depuis deux ans à la station.
© Terra

Le maraîchage - qu’il soit biologique ou conventionnel, que ses producteurs commercialisent en vente directe à travers des Amap, la vente à la ferme ou en demi gros - a, sur notre façade atlantique et en péri-urbanité, connu un important développement ces dix dernières années jusqu’à devenir une composante à part entière de notre agriculture. Si l’on constate à présent une certaine stagnation en termes d’installation ces deux dernières années, on doit certainement l’attribuer à une demande partiellement comblée.

Cette évolution sociale et économique du maraîchage en Bretagne accroît les exigences vis-à-vis de la station expérimentale d’Auray qui se doit d’élargir son spectre en investissant l’ensemble des champs de l’activité des professionnels, et par la même, des thématiques nouvelles mais fondamentales comme par exemple la pénibilité au travail.

La présentation des résultats d'essais

La prochaine porte-ouverte de la station, qui se déroulera cette année sur la journée, poursuit cet objectif d’offrir aux producteurs la vision la plus large possible des dernières évolutions dans le domaine ; ainsi on trouvera traditionnellement les résultats d’essais menés sur site, une douzaine cette année, sur des thématiques aussi diverses que la comparaison des matériaux de palissage et de paillage en culture de tomate, les méthodes alternatives de protection contre le mildiou terrestre, les stratégies d’évitement de la drosophile Suzuki - un ravageur singulièrement efficace sur petits fruits - ou encore la réduction d’intrants sur framboises et la protection contre le puceron et l’acarien par "association culturale" ; les visites de ces essais menés sur les quatre hectares de la station dont deux en agriculture biologique, seront conjointement assurées par la responsable des expérimentations, Maët Le Lan et de Jean Philippe Calmet, conseiller spécialisé auprès des producteurs. Ce binôme a été conçu de façon à créer de véritables vases communiquant entre la recherche expérimentale et les exploitations, manière efficace de diffuser des résultats d’essais et d’imaginer, au regard des problématiques des producteurs, les essais de demain.

Un espace machinisme

Un espace machinisme sera aussi ouvert afin de découvrir les derniers matériels en démonstration : on trouvera ainsi une rampe d’irrigation aux performances élevées ; la robotique qui entre en force dans les exploitations sera à l’honneur avec notamment un robot transporteur qui offre comme son nom l’indique une solution d’appoint au ramassage et à l’acheminement des légumes. Le robot de désherbage en test sur la station depuis deux années sera bien évidemment présenté, concourant comme le premier cité à réduire le facteur pénibilité sur les fermes ; la présence de la MSA des Portes de Bretagne, partenaire du projet sur l’essai intitulé "vers une réduction de la pénibilité et du temps de travail en maraîchage biologique" témoigne aussi de l’importance de la problématique à son niveau et de sa volonté d’expertiser toutes les bonnes solutions de prévention.

Les matériaux de paillage testés

La biodégradabilité des films de paillage est une problématique sur laquelle la station mène des essais depuis le début des années 2000. L’objectif est de vérifier s’il est possible de remplacer des matériaux plastiques de paillage par des matériaux biodégradables à travers des études techniques, agronomiques et économiques permettant de recenser les matériaux existants et tester les nouveautés ; le protocole retenu permet de comparer deux modalités : d’une part une conduite 100 % films plastiques et d’autre part une conduite 100 % biodégradables. Les résultats d’essais seront présentés à la porte-ouverte.

Ces résultats positionnent également la station comme la référence nationale en la matière étant la seule à disposer d’un tel recul sur le sujet ; le ministère de l’environnement à la recherche d’une telle antériorité s’est d’ailleurs récemment manifesté pour poursuivre avec la station les travaux.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
Carbocage ou combien de carbone stocké dans vos haies ?
La haie bocagère recèle de richesses, y compris fourragères. Elle contribue aussi au piégeage du carbone. Mais de combien ?…
Publicité