Aller au contenu principal

Chez Bernard Colin, à Brélès
Le blé noir s'est glissé dans l'assolement

En trois ans, le blé noir a trouvé sa place dans l'assolement de Bernard Colin, producteur de céréales à Brélès.

Voilà trois ans que Bernard Colin cultive du blé noir.
Voilà trois ans que Bernard Colin cultive du blé noir.
© Chantal Pape

Voilà trois ans que le blé noir a fait son apparition à Brélès, sur l'exploitation de Bernard Colin. "Je n'ai pas d'élevage et l'exploitation ne dispose que de peu de déjections animales : je cherchais une culture peu gourmande en azote". Autre avantage : contrairement à son nom, le blé noir n'est pas une céréale mais une polygonacée. "Depuis que j'ai arrêté la pomme de terre, je cherchais de nouvelles cultures à intercaler avec le blé, le maïs, l'orge et l'avoine". C'est ainsi que le colza est réapparu dans l'assolement, après quelques années d'interruption, et qu'ont été introduits le pois, le lin et le blé noir. "Et le blé noir est une culture de printemps, parmi beaucoup de cultures d'hiver". Ce qui explique que, de 5 ha la première année, il devrait atteindre 15 ha dès l'an prochain !

Ni fongicides, ni insecticides

D'un point de vue économique, aussi, le blé noir s'avère intéressant. "Après deux très mauvaises campagnes, à 12-13 quintaux, à cause des mauvaises conditions météo de l'été, cette année, le rendement a atteint 23 quintaux, pour un prix net, une fois déduits impuretés, séchage... de 450 €/t. Et les frais sont minimes". En effet, si le blé noir ne dédaigne pas un petit apport d'azote au démarrage, 20 à 30 unités, ce sera bien là tout ce dont il aura besoin.
"A condition d'avoir une densité de semis suffisante, la plante couvre très vite le sol, et n'a pas besoin d'être désherbée". "Et on ne lui connait pas de maladies, rajoute Odile Le Du, conseillère agronomie-cultures à la chambre d'agriculture de Brest. Elle n'a donc besoin ni fongicides ni insecticides". C'est d'ailleurs l'une des exigences du cahier des charges de l'IGP "blé noir tradition Bretagne" auquel adhère Bernard Colin, qui livre sa production à Eolys.

Une plante de compromis

Mais les avantages du blé noir ne s'arrêtent pas là ! "C'est une plante intéressante pour l'abeille et réciproquement, indique Bernard Colin. Elle fleurit tout l'été et assez tard en saison, ce qui permet aux ruches de se remplir avant l'hiver". Une floraison étalée qui a cependant son revers de médaille ! "Le moment de la récolte sera une côte mal taillée, en laissant le temps de mûrir à un maximum de grains, mais avant que les premiers ne s'égrènent".
Le semis, lui, sera aussi un compromis. "Avant, on semait fin mai et on a avancé la date de semis à la mi-mai, explique Bernard Colin. Certains vont même jusqu'au 5 mai mais c'est une plante gélive. Et, s'il fait trop froid, elle va pousser lentement, donnant aux mauvaises herbes le temps de prendre le dessus".

Un séchage lent

Semer tôt permet de récolter tôt, à partir du 20 septembre, avec de meilleures conditions climatiques que début ou mi octobre. "Il ne faut pas oublier de régler la moissonneuse, afin qu'elle s'encrasse le moins possible avec les grains qui ne sont pas mûrs ou les feuilles vertes". La récolte se fait à un taux de matière sèche inférieure à 25%. "Cette année, j'étais à 22,6 et je ne suis jamais descendu en-dessous de 21,5". Ce qui explique que le séchage coûte très cher, puisqu'il faut descendre à un taux de matière sèche de 15% et que, pour respecter la farine, il doit être lent.

 

En pratique

La culture du blé noir vous tente ? Avant d'acheter les graines, assurez-vous d'abord d'un contrat avec un collecteur, sous peine de voir la récolte vous rester sur les bras, l'automne prochain !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité