Aller au contenu principal

Au Gaec de Lann Bihan à Plescop
Le bois devient plaquette pour chauffer

Economie d'énergie, gain de temps et investissement amorti dans 6 ans vont de paire avec l'installation de la nouvelle chaudière à bois déchiqueté. Maison, gîte et exploitation laitière seront désormais chauffés grâce aux plaquettes issues de l'entretien des haies de cette exploitation de 210 ha, sertie de haies.

 

 

A deux pas du Guergelo, le village de"la Fontaine à beurre"  rappelle l'abondance des pâturages de la commune de Plescop,  aux portes de Vannes. C'est là que s'étendent, sur un maillage bocager large, les 210  hectares du Gaec de Lann Bihan. 900 000 litres de lait sont produits par les trois associés, Gwénaël Bainvel, Patrick Le Méro et Christophe Le Meut. 120 ha sont dévolus aux cultures, 80 à l'herbe. Avec l'association AILE et l'installateur de leur chaudière Guntamatic, ils ont ouverts les portes de leur exploitation pour la découverte de leur nouvelle chaudière à bois déchiqueté, le 15 octobre dernier. Une date parmi les sept fixées en Bretagne pour la promotion d'un système "économe et cohérent par rapport à notre exploitation", raconte Gwénaël Baivel 

 

25 % de réduction des KW consommés

"C'est intéressant d'inscrire l'exploitation dans un système plus respectueux de l'environnement, avec de la biomasse produite ici. En plus on fait une économie de 12 000 KW sur les 45 000 que nous consommions avant", relève Gwénaël Bainvel, factures en main, grâce aux performances de la nouvelle installation pour un coût global de 30 000 euros (retrancher 10 000 euros d'aides diverses). Finis les 2500 litres de fuel annuels avalés par la précédente chaudière pour chauffer, longère (240 M2), gîte (180) et exploitation avec l'eau chaude sanitaire. Le chauffe-eau de 400 l permettant de nettoyer la machine, la salle de traite et le tank.  "Ethique et économie font bon ménage dans cette affaire sans parler du gain de temps réalisé sur la partie plaquette, soit 30 à 40 % du bois" évalue t-il "Nous valorisons tout notre bois. Pendant deux mois l'hiver, tous nos après midi étaient consacrés à entretenir les haies. Nous faisions 40 cordes tous les ans. C''est beaucoup de travail même avec l'entraide".

 

Gerer sur le long terme

Mais depuis l'hiver 2008, la donne a changé. "La Cuma Breizh énergie s'est chargée de broyer en une matinée les 70 m3de plaquettes  dont nous avons besoin", détaille l'éleveur pas mécontent de voire s'achever la corvée du bois à débiter en bûches. Le coût de la déchiqueteuse : 200 euros HT l'heure. "C'est beaucoup plus simple, il suffit de dégager les branches depuis le godet et ensuite avec la griffe, de faire des tas. En une matinée, on fait un talus de 400 m". Quand la machine est disponible, le bois est déchiqueté puis mis à sécher. L'ancien hangar à génisses est dévolu au séchage des plaquettes durant un minimum de 4 mois. "Il y a encore de la place, faire peut être plus de plaquettes et se  positionner pour l'avenir mais la filière peine à se mettre en place" regrette-il". Car le bois ne manque pas sur l'exploitation, à condition de savoir le gérer. L'établissement d'un plan de gestion bocager le permet. Et puis, "utiliser l'énergie disponible sur l'exploitation, c'est très satisfaisant. C'est à la fois résoudre un problème et apporter du positif dans un contexte où on en a bien besoin".

Claire le Clève

 

Légendes Gwénael Bainvel dans le silo à plaquettes issues de l'entretien des haies de l'exploitation pour alimenter la chaudière de 30 kw.

Plaquettes

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité