Aller au contenu principal

Le CIA 35 poursuit ses adaptations

Diminution du cheptel laitier mais marchés porteurs à l'export, nouvelle loi sur l'élevage, le paysage de la génétique bouge. La Coopérative d'insémination animale évolue pour continuer à répondre aux besoins des éleveurs. Elle a fait le point lors de son assemblée du 30 mai.

Pour faire face à la diminution du nombre de vaches à inséminer, le CIA 35 poursuit ses adaptations. La coopérative d'insémination animale a fait le point sur ses évolutions, lors de son assemblée générale du 30 mai. 2006 a vu le regroupement de ses moyens de production, comme ceux du CIA de Plounévézel, au sein de l'Urcéo, un pas de plus dans le fonctionnement en union. Ce qui a permis d'économiser 13% sur les charges et d'atténuer la réduction de 11% du chiffre d'affaires de l'activité de mise en place. Grâce à cela, le prix des paillettes n'augmentera pas. En parallèle, le CIA 35 et l'Urcéo poursuivent le développement de nouvelles techniques. Les échographies ont fait leurs preuves. Le nombre de constats de gestation en bovins a augmenté de 19% entre 2004 et 2006, un tiers des vaches de la zone Urcéo sont échographiées. Un nombre croissant d'éleveurs porcins s'approprient cette technique. Après une pause en 2006, à cause d'un changement de la réglementation européenne sur les hormones, le développement de la synchronisation des chaleurs repart.
Sur 2006, 157 296 IAP ont été réalisées, une activité en baisse de 3,5%. La race Holstein en représente 75%. La génétique bretonne se porte plutôt bien et les éleveurs font tout pour continuer à progresser. L'ISU moyen des taureaux utilisés en Holstein est de 149 pour une moyenne française à 145. "Dans toutes les races, les critères de production, de morphologie, de fonctionnalité sont positifs, souligne Thomas Krychowski, directeur de l'Urcéo. Les éleveurs ont le choix pour utiliser des taureaux équilibrés". Et originaires de leur zone : parmi les 1 029 taureaux utilisés, 92% ont été testés par l'Urcéo et ses partenaires. La variabilité des origines est mieux prise en compte mais 16 taureaux, que ce soit en Holstein ou en Normande, assurent 60% des inséminations.
2006 a vu quelques améliorations des critères de reproduction. Il a fallu 1,84 paillette pour féconder une vache contre 1,86 en 2004. Le taux de réussite en 1ère IA se situe à 54,7% pour les vaches et de 71,8% pour les génisses.

Renforcer les complémentarités

Les programmes de testage de l'Urcéo portent sur 110 taureaux Holstein, 14 Normands, 6 Pie Rouge, 7 Charolais et 3 Montbéliards. "Comme il y a 3-4 ans, nous nous sommes lancés dans le testage de Montbéliards pour répondre aux besoins des éleveurs de la zone, nous allons intégrer les programmes Limousin et Blond", dévoile Thomas Krychowski. Si la quasi-totalité des laitières sont inséminées, seulement 10% des allaitantes bretonnes le sont. "C'est un marché à développer", estime Jean Claude Neveu, président du CIA 35.
En 2006, la commercialisation de génétique s'est bien portée. 5 200 génisses et vaches, dont 80% à l'export, et 300 000 doses ont été vendues. En production cunicole également, l'Urcéo vend de la génétique : 1 200 000 doses et 50 000 reproducteurs, ce qui représente 20% du marché français.
Pour le CIA 35 comme pour tous les organismes d'élevage, 2006 a été marqué par l'application de la LOA. Après 40 ans de loi sur l'élevage, une nouvelle page s'ouvre sur des marchés plus ouverts et la fin du monopole de zones."C'est une rupture mais aussi une opportunité de relever le défi du marché", souligne Jean Claude Neveu. Pour être plus fort sur ces nouveaux marchés, l'Urcéo renforce ses liens avec Génoé, l'UALC et Midatest pour conduire des programmes de sélection et vendre en France et à l'export.
L'assemblée générale s'est conclue une réflexion prospective. Quels défis attendent l'agriculture au XXIe siècle ? Alimenter une population en augmentation et fournir de l'énergie dans un contexte climatique changeant, répond Bruno Parmentier, directeur de l'Ecole supérieure d'agriculture d'Angers.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Publicité