Aller au contenu principal

Nouvelle alliance
Le Conseil régional termine sa consultation

C'est à Dol de Bretagne que le Conseil régional a terminé sa série de 11 réunions publiques, autour de l'avenir de l'agriculture.

Philippe Delacotte, animateur du débat à Dol de Bretagne, et Michel Morin, vice-président du Conseil régional en charge de l'agriculture.
Philippe Delacotte, animateur du débat à Dol de Bretagne, et Michel Morin, vice-président du Conseil régional en charge de l'agriculture.
© Cécile Julien

Vendredi 4 mars, à Dol de Bretagne, c'était la dernière étape des réunions publiques voulues par le Conseil régional autour de l'agriculture. "Nous voulons bâtir une nouvelle alliance entre les bretons et leur agriculture, explique Michel Morin, vice-président du Conseil régional en charge de l'agriculture. Alors qu'elle est déterminante pour l'économie régionale, l'agriculture est toujours dans une situation préoccupante. Il faut trouver un nouveau contrat entre l'agriculture et la région, en passant par le dialogue, lui donner un nouveau souffle en gommant les incompréhensions". Avec une ligne budgétaire de 20 millions d'euros, face à des crédits PAC de 600 millions, le Conseil régional ne pourra peser financièrement. Par contre, son rôle politique peut être décisif, en orientant l'évolution de l'agriculture, en défendant sa place dans l'économie régionale.

C'est déjà autour du foncier que le Conseil régional est attendu. Pour défendre leur principal outil de travail, les agriculteurs attendent de l'instance régionale qu'elle encourage à une gestion économe du foncier. Les agriculteurs savent bien qu'ils ne pourront lutter contre l'augmentation de la population mais ils demandent que leur accueil se fasse en consommant le moins de terres agricoles possibles. "Il est possible de reconstruire la ville sur la ville. C'est plus cher mais c'est une orientation que peuvent décider des élus", mentionne Pierre-Yves Mahieu, maire de Cancale. En attendant, les agriculteurs demandent à ce que les outils qui existent soient pleinement utilisés.

 

Foncier, économie et environnement

Autre sujet crucial pour son avenir, l'agriculture doit dégager suffisamment de revenu. "Les agriculteurs préféraient pouvoir se passer des primes PAC et vivre de la vraie valeur de leurs produits", souligne Jean Baptiste Mainsard, agriculteur à Roz-Landrieux. "D'accord pour défendre la PAC mais en changeant la répartition des aides pour qu'elles soient plus acceptables", rétorque Louis Dubreuil, vice-président du Conseil général.

En plus de trouver les moyens de faire vivre ses actifs, l'agriculture bretonne doit trouver les moyens de concilier sa vocation exportatrice et le développement des circuits locaux. Le tout en allant vers plus d'autonomie énergétique pour contrer la hausse des coûts. Beaucoup va se jouer du côté de la logistique. "Les pays d'Europe du Nord sont nos clients. Il faut nous aider à imaginer la logistique de demain, par la route, le fer ou la mer, pour garder notre compétitivité", plaide Pierrick Gauvin, président de Terres de Saint-Malo.

L'avenir de l'agriculture passe aussi par le renouvellement des générations. Un renouvellement qui faut accompagner, grâce à la formation, les jeunes qui veulent s'installer, qu'ils soient issus ou non du milieu. "Les fermes pédagogiques de nos lycées sont un outil indispensable", rappelle Philippe Pinot, directeur du lycée des Vergers.

S'il a été question d'environnement, cela n'a pas été le point central des discussions. Certains suggèrent pourtant un grenelle breton pour trouver des solutions adaptées aux problématiques du territoire.

Sur toutes ses questions, rendez-vous le 22 avril, à Pontivy, pour la restitution des travaux, avant une adoption des mesures proposées par les conseillers régionaux lors de l'assemblée plénière des 23 et 24 juin.

Il est toujours temps de donner votre avis

 

Pour ceux qui n'auraient pu assister aux réunions publiques mais souhaiteraient apporter leur contribution à la réflexion, le Conseil régional a ouvert un site internet. Sur http://agriculture.bretagne.fr, chacun peut donner son avis, apporter son point de vue. Le site internet est ouvert jusqu'au 15 mars et consultable jusqu'au 24 juin.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PAC 2023 : les derniers arbitrages feront la différence dans les fermes
L'Europe a fixé de nouveaux objectifs à la PAC, et laissé plus de latitude aux États membres dans la déclinaison nationale des…
Publicité