Aller au contenu principal

Le Crédit agricole accompagne le territoire

Avec des parts de marché qui progressent, le Crédit agricole conforte encore sa place de leader. S'il mise sur les filières d'avenir, la mer, le numérique ou l'agroalimentaire, il accompagne aussi les secteurs qui traversent des difficultés et les acteurs qui se mobilisent pour faire vivre leur territoire.

De gauche à droite : Nicolas Venard, directeur général de la caisse régionale de Crédit agricole du Finistère, et Jean-Paul Kerrien, président.
De gauche à droite : Nicolas Venard, directeur général de la caisse régionale de Crédit agricole du Finistère, et Jean-Paul Kerrien, président.
© Chantal Pape

 

"En 2014, nous avons financé 8 000 projets habitat et 9 000 projets professionnels". A ceux qui affirment que, la crise aidant, "les banques ne prêtent plus", Nicolas Venard, directeur général du Crédit agricole du Finistère, répond par des chiffres. "Ca représente, en moyenne, deux crédits par jour et par agence. Autant qu'en 2013". Ces bons chiffres permettent à la banque verte de conforter sa place de leader, en grappillant encore quelques parts de marché. "Nous réalisons désormais 36% des crédits et collectons 33 à 34% de l'épargne départementale". Et, à 63,7 millions d'euros, le résultat progresse de 0,7%.

 

Au profit du territoire

 

Ces bons résultats, la banque mutualiste entend les utiliser au profit de l'économie locale. En embauchant tout d'abord. "L'an passé, nous avons recruté 75 personnes, pour 65 départs en retraite". Mais aussi en continuant à investir dans ses locaux. "En 2014, nous y avons consacré 7 millions d'€, deux fois plus qu'en 2013", ,indique Nicolas Venard. Une tendance qui va se poursuivre en 2015, avec une nouvelle hausse de 30%. "Nous allons ré-agencer nos locaux, notamment au niveau de l'accueil, et ouvrir de nouveaux sites, comme une agence professionnels et patrimoine sur le port de Brest. Et nous avons pris l'engagement de ne fermer aucune agence". Et sur le plateau des Capucins, à Brest, le Crédit agricole ouvrira courant 2016 un espace de 500 m², pouvant accueillir une vingtaine de start-up du numérique.

 

La croissance de demain

 

"Aujourd'hui, des filières d'avenir se mettent en place et feront la croissance de demain". Si le numérique en fait partie, le Crédit agricole cite aussi la mer, avec les énergies marines ou les algues, l'industrie, l'agroalimentaire... Des secteurs que la banque entend bien accompagner, via ses différents fonds, et auxquels elle a consacré une partie des travaux de son assemblée générale, le 27 mars dernier, à Quimper. "Ces rendez-vous de l'économie finistérienne ont permis aux acteurs de ces différents secteurs d'échanger sur les enjeux, les défis à relever, de préciser leurs besoins pour se développer...". Des rendez-vous qui se poursuivront tout au long de l'année, pour continuer à avancer. "Il y a là un réel potentiel de rebond pour l'économie finistérienne".

 

Les secteurs qui souffrent

 

Mais le Crédit agricole veut aussi continuer à accompagner les secteurs qui souffrent, comme le BTP, "notamment à cause d'une diminution des investissements publics", ou l'agriculture et l'agroalimentaire. "Lait, porc, légumes... : nous avons mis en place des mesures pour aider les exploitations qui avaient du mal à passer un cap difficile, détaille Nicolas Venard. L'agriculture est en phase avec la demande des consommateurs. Il faut continuer à installer".

Via les Points Passerelle, les particuliers en difficulté peuvent, eux aussi, être épaulés. "L'an passé, nous avons aidé 500 dossiers", indique Jean-Paul Kerrien, le président du Crédit agricole. Fragilisés par des accidents de la vie, ces personnes bénéficient d'un coup de pouce financier. "Mais c'est surtout d'accompagnement dont elles ont besoin, pour apprendre à gérer un compte bancaire par exemple".

Fortement implanté sur son territoire, avec 40 caisses locales et près de 600 administrateurs, le Crédit agricole veut aussi soutenir tous les acteurs qui le font vivre : entreprises qui embauchent, via le fonds Ideca, associations ou écoles qui ont des projets, via les trophées de la vie locale, animations et fêtes via des partenariats...

Le Crédit agricole du Finistère, c'est

 

400 000 clients,

dont 200 000 sociétaires,

1 305 salariés,

118 points de vente,

10 agences patrimoine et professionnels.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Les méthaniseurs bretons défendent un modèle agricole
L'Association des agriculteurs méthaniseurs bretons s'est réunie au Lycée la Touche à Ploërmel (56). Avec les trois quarts d'…
Les producteurs de lait exigent des hausses de prix
Alors que les négociations commerciales avec la grande distribution battent leur plein, les producteurs de lait sont venus…
Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
L'élevage aux abois, étranglé par l’absence de prix et l’envol des charges
Beaucoup de jeunes installés. Après le rassemblement de plus de 300 producteurs de porcs jeudi, pour demander des aides d’urgence…
Publicité