Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le Crédit agricole, une banque de proximité

Comptant plus d'un Finistérien sur deux parmi ses clients, le Crédit agricole du Finistère se veut banque de proximité et créateur de liens sur le territoire.

Acteur majeur du développement de l'économie finistérienne, le Crédit agricole a réalisé l'an passé 1,7 milliard d'euros de crédits, essentiellement à destination des particuliers, 1,1 milliard, mais aussi des entreprises et collectivités, 360 millions, l'agriculture, 145 millions, les professionnels et artisans, 109 millions. "L'agriculture est en pleine turbulence", constate Jean-Paul Kerrien. Nous allons l'accompagner dans son développement, sa transformation. Et les solutions sont multiples".

Une banque de proximité

Comptant un Finistérien sur deux parmi ses clients, le Crédit agricole se veut une banque de proximité. "Nous voulons conserver notre réseau de 118 agences sur le territoire et 15 agences spécialisées", affirme son président. Mais les usages se modifient et de nouveaux besoins apparaissent. "Pour y répondre, nous investissons tous les ans 6 millions d'euros dans nos agences, 4 millions d'euros au siège". Et disposant parfois de place dans ses locaux, la banque verte songe à la mettre, pourquoi pas, "à disposition des autres".

 

 

Accompagner le territoire

"Nous voulons accompagner les projets du territoire", rappelle Franck Bertrand, le directeur du Crédit agricole en citant, entre autres, la filière mer sur laquelle la banque a mis l'accent. Créée en 2014, la Fondation du Crédit agricole du Finistère soutient les initiatives locales, souvent autour d'appels à projets : bien vieillir, environnement, langue bretonne, mer... A ce jour, elle a accompagné 261 projets et a alloué 400 000 € en 2018.

Le Crédit agricole entend aussi être au coeur de l'innovation, en soutenant une vingtaine de start-up au sein du Village by CA. Et accompagner les publics en difficulté. "Mis en place à Quimper et Brest, les points Passerelle sont dédiés aux clients fragilisés par les accidents de la vie. Si nous leur apportons un coup de pouce financier, ils ont aussi besoin d'un soutien humain", indique Jean-Paul Kerrien. En 10 ans, nous avons accompagné plus de 2 200 familles, à qui nous avons souvent rendu leur fierté".

Festivals, fêtes, tournois... : pour animer le territoire, le Crédit agricole octroie près d'un million d'euros, tous les ans, aux partenariats départementaux. Et soutient les associations, très denses en Finistère. "Sur les 17 000 que compte le Finistère, une sur deux est cliente du Crédit agricole", précise le président du Crédit agricole. Des associations de toutes tailles que la banque épaule dans leur quotidien, "avec une équipe de quatre collaborateurs qui leur est dédiée et une application développée dans le Finistère et reprise au niveau national".

Première banque française

"Les rendez-vous de l'économie finistérienne", le 28 mars dernier à Brest, ont aussi été l'occasion de mieux connaître le groupe Crédit agricole. "C'est à la fois la première banque et le premier assureur en France, et parmi les 10 plus grandes banques au monde", précise Philippe Brassac, président de Crédit agricole SA, qui explique une telle progression par l'histoire de la banque verte, "qui a toujours recherché l'utilité. Il y a 110 ans, personne d'autre ne finançait l'agriculture. Dans les années 50-60, nous avons permis aux ménages d'être bancarisés puis, quelques années plus tard, d'être propriétaires de leur logement. Dans les années 80-90, nous avons démocratisé la carte bancaire".

Et la banque entend bien poursuivre son développement. "Les chantiers sont nombreux", indique le directeur général de Crédit agricole SA, en citant la gestion du vieillissement de la population, les ressources énergétiques, la préservation de l'environnement... Banque universelle, elle veut "instaurer une relation globale et durable" avec ses clients et, pour n'exclure personne, elle a lancé une offre entrée de gamme, comme le compte Eco, facturé 2 €/mois. "Dans une société de plus en plus digitalisée, le volet humain sera très fort", estime Philippe Brassac, qui dévoilera en juin prochain "le nouveau projet collectif du Crédit agricole".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Sarah Le Quer, installée à 24 ans
En octobre 2017, à 24 ans, Sarah Le Quer rejoint l’exploitation laitière familiale et s’associe avec son père. Un choix pesé,…
L’exosquelette entre en salle de traite
À la ferme expérimentale de La Blanche-Maison à Pont-Hébert dans la Manche, on teste depuis le 25 octobre l’exosquelette, un…
"Nous allons passer ce cap difficile, développer notre stratégie, accompagner l'agriculture"
Quelques jours après une grève des salariés qui a marqué les esprits, et à quelques jours des sessions chambre départementales,…
Vignette
Maïs grain, semis de céréales : la pluie retarde les chantiers
Si la pluviométrie record du mois d'octobre n'a pas trop affecté les chantiers d'ensilage de maïs, la récolte du maïs grain et…
"Notre métier, c’est de cultiver le sol, un sol biologiquement plus actif"
Régénérer le sol pour doper sa fertilité est la clé de l’agriculture dite de conservation. Toute une semaine lui était consacrée…
Au concours des Miss, Karen défend la place des femmes en agriculture
Lancé en 2013, le concours Miss France agricole veut promouvoir les femmes et les hommes qui font et feront l'agriculture de…
Publicité