Aller au contenu principal

1ères Rencontres de la Maison de l'Europe
Le défi d'une agriculture productive et durable

A l'heure où l'agriculture est tenue de s'adapter à une nouvelle donne mondiale, la Maison de l'Europe a organisé des rencontres vendredi dernier, pour débattre et trouver des réponses aux récents défis engendrés par la mondialisation des échanges, la hausse de la demande des produits agricoles, et la raréfaction des terres.

L'objectif était donc ambitieux pour ces premières rencontres de la Maison de l'Europe de Rennes-Haute Bretagne. Le débat, lui, fût définitivement à la hauteur, nourri de réflexions d'éminents intervenants, responsables du monde agricole, intervenants de l'agro-alimentaire ou experts de l'aménagement du territoire. Quoi de plus approprié en outre, que la Maison de l'Europe, créée en 2001 dans l'objectif de promouvoir l'Union Européenne et labellisée il y a un an "Relais Europe direct de la Commission européenne", pour dresser un état des lieux de l'agriculture et de ses perspectives.

Le débat, orchestré en deux tables rondes, fût ponctué de commentaires issus du forum des lecteurs du journal Ouest France, car "l'agriculture intéresse aujourd'hui au-delà du seul cercle des spécialistes et des agriculteurs", soulignait le journaliste François Vercelletto. Le thème choisi pour ces rencontres est aussi révélateur de l'importance à nouveau accordée à l'agriculture, dans une société de plus en plus avertie des enjeux de souveraineté alimentaire.

  

Nourrir les hommes…

Pour produire plus, avec moins d'énergie, moins de terre et moins d'eau, Bruno Parmentier, directeur de l'Ecole Supérieure d'Agriculture d'Angers, après avoir rappelé que 850 millions de personnes meurent de faim aujourd'hui dans le Monde, a prêché pour un recours aux OGM et un "renforcement de la recherche publique par des fonds européens".

Jean-Pierre Tillon, directeur scientifique de l'union InVivo, a toutefois expliqué qu'il ne s'agit pas uniquement de produire plus, il faut produire autrement, dans un contexte sociétal où les attentes en matière de développement durable sont de plus en plus fortes. "C'est aujourd'hui une réalité pour In Vivo que de tenir compte des éco-bilans des productions, a-t-il précisé. Nos clients demandent une amélioration de l'efficience énergétique des produits". Selon lui, il faudra "aller vers des éco-compensations entre productions, les plus consommatrices d'énergie finançant les plus économes", et favoriser le développement de pratiques agricoles favorables au bilan énergétique telles que l'entretien de prairies ou l'introduction de légumineuses dans la rotation. Aussi, estime-t-il que "l'agriculture de demain, c'est la diversité des modes de production", conventionnel, label rouge et agriculture biologique, dont les bénéfices sont complémentaires au niveau du bilan.

Et, il faudra, ajoute Michel Pinel, directeur du pôle de compétitivité Valorial,"mettre l'accent sur l'innovation pour augmenter la valeur-ajoutée des produits et assurer un juste retour de rémunération", tout en répondant "aux attentes des consommateurs en termes de prix, de services et de qualité".

…dans le respect des territoires

"C'est par une production agricole rentable et durable que nous répondrons à la problématique des territoires" a asséné Christiane Lambert. Pour la vice-présidente de la FNSEA, "l'agriculture a encore des leviers de progrès pour répondre aux défis alimentaires, mais aussi énergétiques" qui ne se limitent pas d'ailleurs aux seuls biocarburants. "L'agriculture raisonné, a-t-elle ajoutée, est la plus à même de répondre au marché en termes de quantité et de prix, et a déjà fait la preuve d'actions en faveur de l'environnement". Jean-Luc Fossé n'a pas démenti les efforts réalisés en matière de respect de l'environnement, encouragés notamment par les travaux de recherche appliquée de la Chambre régionale d'agriculture. "L'enjeu pour la profession est maintenant de le faire savoir aux citoyens" estime Christiane Lambert.

Cependant, la disparition du foncier à l'urbanisme reste un défi de taille, qui impacte durablement la production agricole. Christiane Lambert déplore "une évolution sans retour possible" et estime nécessaire la révision des politiques locales en France. Dans le Pays de Rennes où se posent des contraintes de territoire fortes, mais où malgré tout, l'agriculture périurbaine valorise les 2/3 du territoire, un Programme local de l'agriculture, récemment signé avec la Chambre d'Agriculture 35, ambitionne de replacer l'agriculture au cœur des enjeux de l'espace urbain.

  

La gestion des risques, cruciale pour l'Europe

Selon John Bensted-Smith, en charge de l'analyse économique à la DG agriculture et développement rural de la Commission européenne, "la gestion des risques climatiques et sanitaires sera centrale pour relever les nouveaux défis, mais nécessitera des besoins supplémentaires" que la Commission estime raisonnable de financer "par le biais d'une augmentation de la modulation" dans le cadre du bilan de santé de la Pac.

En outre, dans le contexte de nouvelles opportunités de marché, la Commission propose d'adapter les outils de régulation, notamment de limiter l'intervention sur céréales au blé panifiable, de supprimer la jachère obligatoire et de lever les quotas laitiers à partir de 2013.

Le Ministre de l'Agriculture a souligné que pour relever le défi de la souveraineté alimentaire, "l'activité agricole doit continuer de donner la priorité à la production alimentaire", et l'Europe de trouver un moyen de "lutte contre la spéculation financière sur les matières premières". Il projette enfin de mettre en place "un budget équitable sur tout le territoire et vers toutes les formes d'agriculture durable" spécifiquement grâce à l'article 69 qu'il voudrait "plus souple dans son montant et dans son attribution".

Audrey Dibet

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité