Aller au contenu principal

Le désherbage localisé pour lutter contre rumex, jonc ou chardons

Vos prairies sont infestées de rumex, de chardon ou de jonc ? Plutôt que de traiter l'ensemble de la parcelle, ce qui va ralentir la végétation, pourquoi ne pas essayer en localisé ? Démonstration avec la FDCuma 29.

Après avoir organisé des démonstrations de sursemis, la FDCuma 29 a profité de ses réunions de secteur pour cibler cette fois le désherbage des prairies. "Nombre d'agriculteurs se plaignent qu'elles sont infestées de rumex, contre lequel il devient difficile de lutter", constate Boris Moal, animateur.

Si des précautions peuvent être prises à l'implantation, "en préférant des outils à dents qui vont le déchausser" ou "en fauchant les refus pour éviter une montée à graines" lors de la conduite de la prairie, la lutte chimique reste souvent le dernier recours. "Mais un passage à plein va bloquer la pousse de l'herbe".

Par contact

Fin octobre, à Plogonnec et Le Trévoux, deux démonstrations ont été organisées avec l'applicateur d'herbicide Wipeout de Blaney, une machine encore inconnue en Bretagne. "Elle a été développée en Irlande, où l'usage des herbicides en plein sur prairie est interdit dans certaines zones", relate Rodolphe Daval, distributeur de la marque en France.

Le principe est simple : après pâture, lorsque l'herbe est rase, deux rouleaux en mousse, imbibés d'herbicide, vont venir "lécher" les mauvaises herbes qui dépassent. "C'est particulièrement efficace contre chardon, rumex, ortie et jonc, indique le distributeur de Wipeout de Blaney. Les deux rouleaux tournent en sens inverse et vont toucher les deux faces de la plante pour une plus grande efficacité". Sur certains modèles, une cellule photo-électrique détecte les mauvaises herbes, ce qui permet de n'imbiber les rouleaux qu'en cas de besoin. "Et la machine dispose de deux réservoirs, l'un pour les phytos, l'autre pour l'eau. Le mélange se fait à la demande. Et en fin de chantier, vous pouvez remettre le produit pur inutilisé dans son emballage d'origine".

5 à 10 fois moins de produit

Grâce à l'application sur les seules mauvaises herbes, Wipeout annonce utiliser 5 à 10 fois moins d'herbicide que pour un traitement à plein. "Et ses avantages ne s'arrêtent pas là, rajoute Rodolphe Daval. L'herbicide restant confiné dans la machine, on s'affranchit du vent et les risques sont moindres pour l'applicateur. Il n'y a pas de dérive de produit pour les cultures avoisinantes ou la faune, et pas de produit au sol, ce qui limite fortement le risque de ruissellement au sol".

Disponible sur des largeurs de 2,4 à 8,5 m, l'applicateur d'herbicide est vendu de 5 000 à 20 000 €, selon les options choisies. "Un investissement à faire en inter-cuma", lance cet agriculteur, séduit par cette nouvelle technologie. Rendez-vous d'ici quelques temps pour juger sur pièce de son efficacité dans les parcelles traitées.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité